Le renouveau du thé passe par le Népal


8 août 2014
Le renouveau du thé passe par le Népal

Parmi les Grands Crus que j’ai goûté ces derniers mois, parmi tous ces thés venus des quatre coins d’Asie, je dois dire que ceux qui m’ont le plus bluffé sont ceux du Népal. Certes, j’ai reçu d’admirables Ichibancha, des Darjeeling de Printemps uniques, des Oolong de Taiwan exceptionnels, des Long Jing d’une grande richesse aromatique. Néanmoins, ce qui se passe au Népal est unique. Depuis une dizaine d’année ce pays s’est mis à produire des thés d’un très haut niveau. Et, contrairement à ce que je vois dans d’autres pays enclins à perpétuer une tradition tout ce qu’il y a de plus respectable, ici on cherche à mettre au point de nouveaux thés, à travailler différents cultivars, à modifier les paramètres du flétrissage, du roulage… Et souvent avec succès.

Vous avez aimé cet article ?
Commentez
2 commentaires sur “Le renouveau du thé passe par le Népal
  1. Bonjour,

    D’un point de vue de simple consommateur, je partage votre avis. Je crois comprendre à vous lire et à vous écouter qu’il y a une forte demande sur le marché mondial des grands crus. Est-ce que vos observations sur le Népal sont partagées par les importateurs chinois ou japonais par exemple? Aujourd’hui les prix des thés népalais restent raisonnables. Votre découverte du Mist Valley le prouve.

    1. Bonjour et merci pour votre message. Il existe une forte demande sur les Grands Crus Chinois de la part des Chinois eux-mêmes dont le pouvoir d’achat a explosé et qui peuvent aujourd’hui s’offrir leurs plus beaux thés. Les Indiens aussi se mettent à découvrir le Darjeeling alors qu’il était jusqu’alors essentiellement exporté. Ce n’est donc pas à mon avis une forte demande mondiale sur les Grands Crus qui fait monter les prix de certains d’entre eux, nous sommes sur une marché très petit, les raisons sont à trouver dans chacun des pays eux-mêmes. En ce qui concerne les thés du Népal, ils sont tout simplement inconnus de la plupart des connaisseurs. Peu de gens savent que le Népal peut produire de grands thés, voire que le Népal produit du thé. Ils sont donc très abordables, comme vous le souligner, on peut y faire de très belles découvertes. Théophilement vôtre !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez

Articles similaires

Ce que signifie « clonal » sur l’étiquette d’un thé

27 mars 2012

De même que le vin peut être produit à partir de différents cépages, le thé provient d’arbustes qui possèdent des caractéristiques qui leur sont propres. Sur cette photo vous retrouvez…

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

A Namring Tea Estate : une imposante factory

21 janvier 2011

Les bâtiments dans lesquels sont manufacturées les feuilles de thé possèdent des dimensions imposantes dans les pays où les Anglais ont organisé la culture du thé. A l’étage, ou bien…

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Thé de Darjeeling et thés du Népal : deux écoles

15 avril 2016

Pour des raisons que je ne partage pas, les producteurs de thé de Darjeeling redoutent la concurrence de leurs voisins népalais. Ils estiment que ces derniers les copient et ont…

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.