Cueillir le pu er, un exercice bien périlleux !

Près de Lincang, dans la province chinoise du Yunnan où l’on produit le pu er, on laisse parfois grandir les théiers jusqu’à devenir de vrais arbres. On pense en effet que les feuilles de thé qui poussent sur ces théiers « sauvages » sont meilleures. La cueillette s’annonce alors périlleuse : il faut prendre une échelle, grimper dans ces arbres et récolter bourgeons et feuilles de thé tout en se maintenant en équilibre sur la cime. Impressionnant.


Posté dans Le théier, Pays : Chine par François-Xavier Delmas | Tags : , , , , , , , , , , , ,

Le cheval, aide indispensable pour transporter le thé

A Ilam (Népal), on utilise de nos jours des chevaux pour transporter les feuilles de thé. Ces deux jeunes hommes ont marché pendant deux heures pour venir jusqu’à la manufacture à laquelle ils viennent vendre leurs feuilles de thé fraîches. Sur les flancs de chaque monture est accroché un sac d’une vingtaine de kilos. Il est préférable que ce long trajet n’ait pas lieu un jour de pluie, sinon la cargaison pourrait être endommagée par un tout début de fermentation.


Posté dans Pays : Népal par François-Xavier Delmas | Tags : , , , ,

Les théiers sont maintenus à une hauteur convenable

A force de récolter constamment ses feuilles, comme ici dans la région des Gao Shan (Chine) qui signifie littéralement « Haute Montagne », le théier ne peut pas grandir. On le maintient, cueillette après cueillette, à la hauteur qui nous arrange : pas trop bas, pour ne pas compliquer la tâche des cueilleurs de thé, pas trop haut, pour éviter que des parasites se développent au pied du théier. Selon les régions, selon les climats, la hauteur des théiers évolue entre le genou et la taille.


Posté dans Le théier, Pays : Chine par François-Xavier Delmas | Tags : , , , , , , , ,

Quel accueil dans la plantation de thé de Fuding !

Voyager c’est aller à la rencontre des autres. Beaucoup de régions que je parcours ne sont pas du tout touristiques. La venue d’un étranger constitue alors pour les gamins une attraction évidente. Leur réaction va de la surprise à l’hilarité. Ici, à Fuding (Chine), j’ai droit à un accueil à la trompe, sonore et joyeux ! Pour cette curieuse bande, je suis un « Grand Nez » puisque c’est ainsi que les Chinois surnomment les Blancs.


Posté dans Pays : Chine par François-Xavier Delmas | Tags : , , , , ,

Les thés « high grown » et « low grown »

Dans le sud du Sri Lanka, l’altitude est peu élevée, la végétation très dense. Les plantations de thé, qui sont dans cette région de petite superficie, sont entourées d’une végétation luxuriante. Les thés produits ici s’appellent des « low grown », par opposition aux thés qui poussent dans le centre très montagneux de l’île : les « high grown ». Mais attention ! Un « low grown » ne signifie pas un thé de qualité inférieure, bien au contraire : en raison d’un traitement des feuilles plus respectueux, les « low grown » obtiennent souvent les meilleurs prix aux enchères de Colombo.


Posté dans Pays : Sri Lanka par François-Xavier Delmas | Tags : , , , , , , , ,

François-Xavier Delmas

Globe-trotter passionné, « FX » arpente les plantations de thés depuis 30 ans à la recherche des meilleurs crus. Pour le fondateur du Palais des Thés, voyager c’est aller à la découverte des cultures du monde. De Darjeeling à Shizuoka, de Taïwan au Triangle d’Or, il vous invite à suivre ses pérégrinations, à partager ses rencontres et ses émotions.

Articles classés par thèmes

Liens vers Palais des Thés

Voyages dans le temps