Ce qui nous fait du bien ne doit faire de mal ni aux autres ni à la planète

Mon métier ne consiste pas seulement à dénicher des thés assez rares et propres à procurer une émotion gustative, une expérience gastronomique. Mon crédo est le suivant : je veux que ces thés qui nous font tant de bien ne fassent de mal ni à celles et ceux qui les récoltent et les manufacturent, ni à la planète. Une exigence qui n’est pas tous les jours simple à satisfaire. Entre les conditions de travail parfois inacceptables, les résidus de pesticides et l’usage excessif d’engrais qui finissent par détruire la vie dans les rivières, les sujets ne manquent pas. Mais je ne suis pas pessimiste pour autant. D’une part, plus on s’oriente vers des thés de qualité, plus les pratiques sont saines (plusieurs raisons à cela : l’altitude qui est un critère pour la qualité d’un thé offre des nuits plus fraîches et contrarie les différents prédateurs susceptibles de s’attaquer à la plante…) ; d’autre part, pas de thé exceptionnel si on n’est pas des plus attentifs au moindre détail dès la récolte elle-même ainsi qu’à chaque étape de sa manufacture, et cela oblige planteurs et fermiers à s’assurer les meilleurs soins d’un personnel compétent, bien formé et fidélisé. Enfin, j’ai acquis assez d’expérience pour savoir à quoi m’en tenir lorsque je visite une plantation, aussi bien en ce qui concerne les pratiques agricoles que la façon dont on considère les hommes et les femmes qui apportent leur savoir-faire. Je refuse de travailler avec beaucoup de producteurs. Et je savoure d’autant plus le plaisir de mettre en valeur le travail formidable de très nombreux fermiers dont les méthodes culturales sont exemplaires et qui savent conjuguer au quotidien le mot fraternité.


Posté dans Pays : Malawi par François-Xavier Delmas | Tags : , ,

Le sourire des cueilleuses

Le sourire des cueilleuses

Cueilleurs et cueilleuses travaillent dur et pourtant, lorsque je les croise au milieu des théiers, ils me font de grands sourires. Ils m’observent avec une mine réjouie. Ces visages rayonnants contrastent avec ceux que l’on croise si souvent autour de nous. Dans nos villes, la vie n’est pas forcément plus facile ou plus difficile que dans une plantation de thé. Mais on oublie parfois de faire attention aux autres. On se regarde avec dureté. On vit un peu comme des étrangers. Pour un rien, on se plaint. Vivement dans mes montagnes !


Posté dans Lieux que j'aime à Darjeeling par François-Xavier Delmas | Tags : , ,

Les petits producteurs de thé au Sri Lanka

Petits producteurs de thé au Sri Lanka

Dans le sud du Sri Lanka, nombreux sont les petits producteurs qui font pousser du thé et vendent ensuite les feuilles fraîches à l’une des manufactures voisines. Le thé constitue pour eux une ressource parmi d’autres et ils ne sont pas dépendants, économiquement, en cas de baisse des cours. Ils sont liés par un contrat annuel avec un prix garanti. Ils choisissent la manufacture avec laquelle ils vont travailler et c’est elle qui devra organiser la collecte des feuilles. Un système équitable.


Posté dans Pays : Sri Lanka par François-Xavier Delmas | Tags : , , ,

Des cueilleuses aux allures de reines

En Assam, à peine la récolte terminée, cueilleurs d’un côté, cueilleuses de l’autre, se rassemblent et partent avec leur précieux panier vers le lieu où l’on va procéder au pesage. Certaines cueilleuses tiennent leur récipient sous le bras mais la plupart vont le poser sur la tête. Un tissu roulé sur lui-même et placé précisément au sommet de leur tête sert de support au panier. Ces étoffes aux couleurs splendides leur font comme une couronne et leur donnent, je trouve, des allures de reines.


Posté dans Pays : Inde par François-Xavier Delmas | Tags : , , ,

Récolte du thé par les Adivasis en Inde

Dans la région de Dooars, en Inde, la récolte du thé est fréquemment assurée par ceux que l’on appelle les Adivasis. Souvent méprisés par les Indiens car ils se situent tout en bas de l’échelle sociale ils bénéficient de discrimination positive, au même titre que les basses castes. Ils sont peu considérés alors raison de plus pour parler d’eux ici.

Les Adivasis constituent l’une des plus importantes populations tribales de l’Inde. Ils descendent des aborigènes et sont présents dans le nord-est du pays.

J’ai pris cette photo à Meenglas, près de Mal Bazaar, à quelques kilomètres de la frontière avec le Bhoutan. Dans la région de Dooars on ne produit pas de thé de très bonne qualité mais peu m’importe, c’est pour le sourire de ces cueilleurs que j’ai eu envie de faire ce billet et non pas pour parler des feuilles un peu grossières qui remplissent leur sac.


Posté dans Pays : Inde par François-Xavier Delmas | Tags : , , , , , ,

François-Xavier Delmas

Globe-trotter passionné, « FX » arpente les plantations de thés depuis 30 ans à la recherche des meilleurs crus. Pour le fondateur du Palais des Thés, voyager c’est aller à la découverte des cultures du monde. De Darjeeling à Shizuoka, de Taïwan au Triangle d’Or, il vous invite à suivre ses pérégrinations, à partager ses rencontres et ses émotions.

Articles classés par thèmes

Liens vers Palais des Thés

Voyages dans le temps