La culture du théier

Un sol volcanique

21 octobre 2022
previous arrow
next arrow
Slider

Une fois n’est pas coutume, la route du thé croise celle de l’océan (Indien). L’occasion de constater à quel point le sol de l’île de Java est volcanique. Et donc acide. Une caractéristique importante aux yeux du théier qui n’apprécie rien davantage que ce type de terroir, humidité et chaleur comprises.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Aux Açores, Clara et ses trésors

7 octobre 2022
previous arrow
next arrow
Slider

Sur l’archipel des Açores, des tentatives existent de manufacturer de délicieux thés à partir de récoltes manuelles et de cueillettes particulièrement fines. Les expérimentations ont lieu sur de petites parcelles nichées au cœur de l’île de Sao Miguel. Dans les locaux de l’institut de recherche agronomique, Clara fait subir à ses précieuses récoltes chacune des étapes de la fabrication du thé. A partir de divers cultivars, elle obtient des résultats remarquables. Si la quantité de thé manufacturée reste pour le moment confidentielle, j’ai hâte de pouvoir aider Clara et de futurs agriculteurs de l’île à faire connaître leur surprenante production.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Du thé en Bretagne

28 janvier 2022
previous arrow
next arrow
Slider

Il existe des tentatives de cultiver le camelia sinensis dans de nombreux pays, y compris en France. Sur les rives du Blavet, du côté d’Hennebont (Morbihan), Denis et Weizi font figure de pionniers. Ils ont planté 8 théiers il y a 17 ans, pour subvenir à leur propre consommation. Ils en possèdent 30.000 aujourd’hui, issus de 15 cultivars différents. Leur production pour le moment limitée (20 kg par an) va doubler durant plusieurs années. Leur enthousiasme suscite des vocations et en plus de fournir près de 20.000 plants de thé par an à des amateurs, ils apportent leur aide et forment avec eux une vraie communauté.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Transmettre, c’est mieux.

12 novembre 2021
previous arrow
next arrow
Slider

Apprendre, c’est bien, transmettre, c’est mieux. Depuis plus de 30 ans que je parcours les jardins de thé, j’ai accumulé assez de savoir pour à mon tour en dispenser. Et si je continue, chaque jour et à chaque voyage, de découvrir quelque chose au sujet du thé, je considère dorénavant comme ma mission première de transmettre ce savoir. Voilà pourquoi j’invite mes collaborateurs en voyage, et je vais le faire davantage. Je souhaite qu’eux aussi rencontrent les fermiers, je souhaite qu’eux aussi vivent sur le terrain leur passion pour le thé, je souhaite qu’eux aussi, nouent des liens chaleureux avec les hommes et les femmes qui le manufacturent en haut de leur montagne, et nous accueillent toujours les bras ouverts. Ici, sur les pentes du Kilimandjaro, en compagnie de Chloé et de Nathalie, et d’une équipe de cueilleuses et de cueilleur.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Une flore exubérante

17 septembre 2021
previous arrow
next arrow
Slider

En Géorgie, le thé pousse essentiellement dans les provinces de Gourie et d’Imeréthie, sous un vent d’ouest dominant qui pousse à longueur d’année des nuages chargés de toute l’humidité de la mer Noire. Des régions montagneuses et couvertes de jungle. Les théiers n’ayant pas été entretenus durant près de trente ans, il faut arracher fougères et ronces pour les retrouver, entre deux cueillettes. Un travail de titan pour les petits producteurs et leurs équipes qui voient en quinze jours leurs camellia sinensis disparaître sous une flore exubérante.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Une piqûre recherchée

15 janvier 2021
previous arrow
next arrow
Slider

A l’heure où tout le monde parle de piqûre, je voudrais vous donner le point de vue du théier. Dans certaines parties du monde, à Taiwan et à Darjeeling, notamment, un insecte qui se nomme le paoli (Jacobiasca formosana) vient piquer la feuille du camellia sinensis. La réaction à cette piqûre ne se fait pas attendre et développe, en tasse, une puissance aromatique rare et très recherchée. On retrouve ce bouquet olfactif dans un Oriental Beauty, par exemple, ou bien un Darjeeling Muscatel. Les fermiers de ces régions protègent du mieux qu’ils peuvent l’insecte afin de s’assurer que la piqûre aura bien lieu.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Des théiers plus forts, plus robustes

30 octobre 2020
Des théiers plus forts, plus robustes

Il n’y a pas que nous, humains, qui sommes attaqués par les virus, les théiers aussi. En ce qui les concerne, il revient aux centres de recherches de trouver des remèdes aux maladies. Cela ne passe pas par des vaccins, comme dans le cas des humains, bien sûr, cela passe par le fait d’observer les théiers les plus résistants, de les croiser afin de donner naissance à de nouveaux théiers plus forts, plus robustes.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Gare à la canicule !

26 juin 2020
Gare à la canicule !

Le théier n’aime pas la canicule. Dans les régions les plus chaudes, on le fait pousser sous couvert, comme ici, à Taiwan. Sous couvert, cela ne signifie pas tout à fait à l’ombre, cela signifie que de temps à autres nos chers petits bourgeons vont connaître un peu de répit. En deux mots, on veille à ce que la lumière ne vienne pas de façon directe, tout au long de la journée, taper contre les feuilles.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Une patience justifiée

18 juin 2020
Une patience justifiée

Lorsque j’achète un thé rare, tout frais, je n’ai qu’une hâte, le faire découvrir à vous-mêmes, amateurs de Grands Crus. Mais les choses ne sont pas si simples car parmi mes exigences figure celle-ci : que le thé soit propre. Du bon sens, me direz-vous. Lorsque j’achète un thé en provenance d’une plantation ou bien d’une ferme dont la production est certifiée organique, je peux me fier au travail de l’organisme certificateur et procéder seulement à des contrôles aléatoires. En revanche, s’il s’agit d’un thé non certifié, dès qu’il va arriver en France, au lieu d’être aussitôt dispatché en boutique afin d’être proposé aux amateurs, il va être envoyé en laboratoire spécialisé, le temps d’y être analysé. Et cela prend une semaine. Une semaine à patienter avant que vous puissiez découvrir le thé en boutique et le déguster en toute sécurité.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Un beau paysage ne fait pas toujours un bon thé

12 juin 2020
Un beau paysage ne fait pas toujours un bon thé

Si les plantations de thé du Sri Lanka figurent parmi les plus belles du monde, la qualité n’est pas toujours au rendez-vous. Il faut savoir ne pas se laisser influencer par de beaux paysages. Les meilleurs thés de l’île se rencontrent dans le sud, dans une région peu montagneuse tandis qu’ici, à l’ouest de Nuwara Eliya, plus que d’une expérience de dégustation remarquable, on peut jouir de vues magnifiques. 

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.