Indonésie

Mieux vivre

2 décembre 2022
Play
previous arrow
next arrow
Slider

Dans la partie centrale de l’île de Java, ce cultivateur arrache ses théiers qui ne lui rapportent plus. Il va les remplacer par des cultures maraîchères. Pourquoi n’arrive-t-il pas à vivre du thé ? Parce qu’il vend une simple cueillette plutôt qu’un thé fini. Il ne transforme pas les feuilles. On ne lui a jamais appris à le faire. Depuis toujours, il prélève les feuilles sur les rameaux, et vend aussitôt cette fraîche moisson.

Voilà donc un défi important pour tout chercheur de thé qui se respecte : comment faire pour qu’un fermier n’ait jamais à se débarrasser de ses théiers ? Comment l’aider à acquérir un savoir-faire qui lui permette de vivre de son travail ? Comment l’aider à faire naître entre ses mains des thés délicieux et à forte valeur ajoutée ? Autant de questions auxquelles nous tentons de répondre de notre mieux, en rendant visite aux fermiers, pour commencer, il s’agit bien sûr d’une étape indispensable. Et par des échanges, des dégustations, des démonstrations, des émulations entre villageois. Enfin, en répondant présent, offre généreuse à l’appui, sitôt un bon thé manufacturé.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Portrait d’Omar

18 novembre 2022
previous arrow
next arrow
Slider

Je vous présente Omar Syariff qui est très impliqué dans la production de thé de qualité dans la partie centrale de l’île de Java (Indonésie), et plus particulièrement sur le plateau de Dieng. Il consacre son temps et son énergie à aider celles et ceux qui cultivent cette plante. Il cherche pour ces fermiers les cultivars les plus résistants. Il les aide à développer une production, cette fois à partir de théiers anciens dont la récolte va rapporter davantage à la communauté locale. Quand je demande à Omar ce qui le passionne dans la vie, il répond « Partager le savoir ». « Mettre en commun les expériences ». Et lorsque je lui demande ce qu’il aimerait que je dise ici de lui, il répond d’une façon sobre  :   – Je ne suis rien de plus que quelqu’un qui sait faire du bon thé.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Gens du thé

10 novembre 2022
Play
previous arrow
next arrow
Slider

Le thé, ce ne sont pas que des paysages, aussi beaux soient-ils, ce ne sont pas que des arbustes, ce ne sont pas que des feuilles, ce sont d’abord des gens, des hommes ou des femmes qui le récoltent, qui le travaillent, qui l’analysent, qui le sélectionnent. De Harendong à Semarang en passant par le centre de recherche de Bandung, quelques visages de celles et ceux qui, à un titre ou à un autre, vivent du thé ou apprécient simplement de le déguster.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Sur l’île de Java, des champs de thé uniques au monde

28 octobre 2022
Play
previous arrow
next arrow
Slider

Rarement j’ai vu d’aussi spectaculaires plantations que celles qui se situent aux alentours de la ville de Bandung sur l’île de Java. Des paysages d’une beauté à couper le souffle, du relief, de la brume, des arbres splendides au délicat couvert, des rais de soleil qui inondent de lumière les théiers dont l’alignement parfait épouse le dessin des collines, jusqu’à perte de vue.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Un sol volcanique

21 octobre 2022
previous arrow
next arrow
Slider

Une fois n’est pas coutume, la route du thé croise celle de l’océan (Indien). L’occasion de constater à quel point le sol de l’île de Java est volcanique. Et donc acide. Une caractéristique importante aux yeux du théier qui n’apprécie rien davantage que ce type de terroir, humidité et chaleur comprises.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Roulés en boule

14 octobre 2022
Play
Play
Play
previous arrow
next arrow
Slider

Si vous prélevez la feuille d’un camelia sinensis et versez dessus de l’eau chaude, vous n’obtiendrez rien. La feuille de thé a besoin d’être malmenée pour rendre ensuite, au contact de l’eau, ses arômes, ses saveurs. Aussitôt après la cueillette, le producteur de thé va donc travailler ses feuilles, leur faire perdre la majeure partie de leur humidité, et éventuellement briser leur structure sans les briser elles-mêmes, afin que le jus contenu dans leurs multiples cellules en soit extrait. Voici l’une des machines dont l’on se sert ici, dans l’ouest de l’île de Java (Indonésie). Elle permet de serrer au plus fort un sac en textile bien rempli, et que l’on va ensuite placer entre deux disques de métal pour lui faire subir une forte pression. Très utilisé à Taiwan lors de la manufacture des oolong, cet outil sert aussi à fabriquer des thés verts que l’on souhaite rouler en boule.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.