Vivre mieux

2 février 2024
Slider

Partout sur notre planète des hommes et des femmes cultivent la terre. Et rien de tel que d’être en contact avec eux pour se rendre compte de la difficulté de leur travail. Passer du temps ensemble permet de prendre conscience de leurs conditions de vie. Cela reconnecte à l’essentiel et surtout donne envie de parler d’eux, de mettre en avant leurs gestes, leur cueillette, leur savoir-faire. Bref, de les aider. Les aider ici, par exemple, à manufacturer des thés plus intéressants sur un plan gastronomique, des thés qui leur rapporteront davantage. Donc les aider à vivre mieux, les aider à élever plus facilement leurs enfants, les aider à bénéficier de soins meilleurs, aider à regarder l’avenir avec confiance et assurer ainsi une pérennité à ce beau travail de la terre.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Se préparer au thé

19 janvier 2024
Slider

Il y a la préparation du thé et il y a la préparation au thé. Lorsque je me prépare un thé, je me prépare aussi au thé. Cela signifie que je ralentis mon rythme, je prends le temps de souffler, comme on dit. Je mets entre parenthèses toute préoccupation que je peux avoir, je me donne de la légèreté. Je concentre mon attention sur un objet qui m’est cher, une émotion positive, ou encore un beau paysage, comme ici. Une vue sur un jardin. Et pendant que mon thé infuse, et pendant que je le déguste, me tenant bien droit et détendu à la fois, je suis apaisé.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Un thé qui nous apaise

12 janvier 2024
Slider

Parfois je m’interroge à propos de ce que le thé m’apporte. Pourquoi me fait-il tant de bien ? Aujourd’hui je fouille dans mes photos pour alimenter ma réflexion. Et je tombe sur ce cliché, pris au bord du Gange. Lorsque je le contemple, je ressens exactement ce même apaisement que celui que me procure la dégustation de mon breuvage favori. Me voilà donc rendu où je voulais, à la définition de cet apport du thé, son bienfait : le thé m’apaise. Lorsque je me prépare un thé, lorsque je tiens la tasse dans mes mains, déjà je me détends, je ferme les yeux, je me concentre et me sens devenir libre. Je me détache des choses, brise d’invisibles liens qui me contraignent. Comme cette silhouette, cet homme-oiseau qui embrasse le ciel et s’affranchit de toute pesanteur. Le thé, un appel à l’apaisement.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Tea reporter

8 décembre 2023
previous arrow
next arrow
Slider

Avant de travailler dans le thé, il y a donc de cela plus de trente-six ans, j’ai eu envie de devenir journaliste. Et depuis cette époque je mêle à ma façon ce vieux rêve et mon activité, en l’occurrence ma recherche de thés rares. Je m’essaye au reportage. D’où ce blog, entre autres. Ou encore ce podcast « Un thé, un voyage », qui me donne lui aussi la chance de pouvoir vous emmener en voyage.

Ici, lorsque je tombe sur des villageois qui vivent dans un tel dénuement, c’est le reporter qui prend le dessus et qui se demande, est-ce que le thé que l’on récolte ici les aide à vivre, ces villageois, et sans le thé ça serait pire encore ? Ou bien est-ce que le thé – un thé de piètre qualité qui ne vaut rien ou presque -, contribue à les maintenir dans cette condition-là ?

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

La journée du thé

17 décembre 2021
La journée du thé

Trois, quatre ou cinq fois par an nous y avons droit, je veux parler de la journée du thé. Divers organismes plus ou moins officiels, plus ou moins internationaux, ont décrété que tel jour du calendrier était celui du thé. Le quinze décembre, par exemple. Soit. Pour ma part, la journée du thé c’est tous les jours, et dès le matin : un bon thé au réveil. Puis, plus tard dans la journée, un thé pour me faire du bien, un autre à partager avec des collègues, des amis, et encore un thé avant la nuit – ici, un chaï -, pour le plaisir de me laisser envahir par ses parfums. Une journée sans thé ? Misère !

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Des rencontres marquantes

15 octobre 2021
Des rencontres marquantes

Lorsque l’on m’interroge à propos des voyages qui m’ont le plus marqué, je pense à des paysages à couper le souffle, bien sûr, aux contreforts de l’Himalaya, à des volcans en activité qui surplombent les champs de thé. Je pense à la douceur des jardins japonais, aux teintes multicolores des arbres srilankais par-dessus un océan de camellias sinensis. Je pense aux longs trajets en train à travers toute sorte de jungle. Je pense à toutes les fois où je me suis assis à même un bout de route de montagne pour contempler la beauté du monde. Mais les rencontres qui me marquent le plus sont les rencontres humaines. Elles sont par essence toutes uniques et mille me reviennent en mémoire. Parmi celles-ci, les cueilleuses de thé du Triangle d’or, d’une ethnie comme d’une autre (ici, deux femmes Dao), que l’on croise au hasard d’un jardin de thé enfoui dans quelque forêt oubliée, après des heures de marche.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Au temps des Soviets

23 septembre 2021
previous arrow
next arrow
Slider

En Géorgie, les Soviets ont laissé derrière eux des bâtiments d’habitation qu’on dirait poussés au milieu de nulle part. A l’époque où le thé représentait une industrie intensive, ces bâtiments faisaient sens. Mais aujourd’hui, l’exode rural aidant et les plantations souvent disparues sous les mauvaises herbes, les mêmes bâtiments évoquent un passé révolu.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

La paix !

25 juin 2021
La paix !

La Covid19 aura au moins eu le mérite de rendre un peu de sérénité à des lieux de toute beauté, trop souvent pris d’assaut par des hordes de touristes. Au Myanmar, le lac Inle fait partie de ces destinations merveilleuses qu’il importe de préserver. Nul doute que pour la planète, la pandémie aura été synonyme de paix.

Je vous souhaite un bel été, et me réjouis de vous retrouver le 10 septembre prochain.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Au bout du chemin

18 juin 2021
Au bout du chemin

Vivement que la vie reprenne, dans toute sa beauté, dans toute sa plénitude.

Vivement que nos sens reviennent et que nous retrouvions, lorsque nous marchons, le sens des odeurs.

Vivement que le goût des choses nous revienne à son tour, le goût du thé, bien sûr, celui qui nous est offert lorsque nous sommes accueillis, au bout du chemin.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Frères et sœurs

4 juin 2021
Frères et sœurs

Un jour, il y a plus de dix ans de cela, j’ai rencontré quelqu’un de (très) célèbre et l’une des phrases qu’il m’a dite a changé ma vie. Cette personne s’appelle Richard Gere et le jour où j’ai eu le bonheur de le rencontrer, il m’a demandé, lui qui est amoureux de Darjeeling, de l’Himalaya, lui qui est un adepte du bouddhisme il m’a donc demandé, ce que Palais des Thés faisait « pour nos frères et nos sœurs de l’Himalaya ». Je suis resté comme deux ronds de flan, à l’énoncé de cette expression, nos frères et nos sœurs de l’Himalaya. Cette phrase, cette question a changé ma vie. Parce que depuis ce jour, à chaque fois que je vois une cueilleuse, un cueilleur, je pense à la question de cet homme, qui m’avait pris au dépourvu, je pense à sa façon de nommer celles et ceux qui habitent ces montagnes, et depuis, ce ne sont plus des cueilleurs, des cueilleuses, que je vois, ce sont des frères, des sœurs. Et ça change tout.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.