Plantation

Yanki, une production confidentielle

24 mars 2023
Play
previous arrow
next arrow
Slider

Darjeeling ne se limite pas à ces grands domaines créés par les Anglais à une époque où le soleil ne se couchait jamais sur les territoires de Sa Majesté. De nos jours, au-delà des 83 plantations officielles et dûment enregistrées, il existe diverses initiatives locales, de petites manufactures plus confidentielles qui produisent parfois de très jolis thés. Yanki, par exemple, fait partie de celles-ci, et du côté du village de Mirik, Allan et sa famille travaillent la feuille de thé avec succès. Tandis que la plupart des planteurs de Darjeeling arrivent de diverses régions de l’Inde, eux sont originaires de ces montagnes et parlent la même langue que leurs habitants, le népali. Allan et les siens achètent les feuilles fraîches des villageois alentour et à partir de ces feuilles ils mettent au point des crus fameux.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Six mois sans pluie

16 mars 2023
previous arrow
next arrow
Slider

Au début du printemps, sur chaque rameau du théier, on voit apparaître les jeunes pousses. Ici, à Darjeeling, elles surviennent après un long hiver durant lequel chaque camélia entre en dormance. Cette hibernation dure près de quatre mois, de mi-novembre à début mars environ, selon les conditions climatiques ambiantes.

Cette année, du côté de ces contreforts himalayens sur les pentes desquelles les Anglais ont eu l’idée de faire pousser le thé, il n’y a de cela pas deux siècles, la sécheresse a sévi. Six mois sans pluie ou presque. Dérèglement climatique oblige, lié au réchauffement de la planète, selon les uns, à la déforestation, selon les autres. La conséquence de ces désordres se traduit en chiffres et à la mi-mars, on s’attendait à une production inférieure de moitié à ce qu’elle était l’an passé. En ce qui concerne la qualité, pas d’inquiétude, une pousse lente plaidant plutôt en faveur d’une qualité accrue et d’une plus grande concentration aromatique.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Au Malawi, la plantation Satemwa fête ses cent ans

17 février 2023
Au Malawi, la plantation Satemwa fête ses cent ans

Au Malawi, la plantation de Satemwa fête ses 100 ans. L’Afrique, j’ai mis du temps à m’y intéresser. J’avais déjà pas mal à faire avec l’Asie. Et puis à force de recevoir des sollicitations, à force de curiosité et pour en avoir le cœur net, savoir si je pourrais un jour trouver de l’aussi bon thé en Afrique qu’en Asie, quand bien même les plantations seraient autrement plus récentes, je m’y suis rendu.

J’ai commencé par le Malawi. Un pays d’une rare beauté. Des champs de thé baignés d’une autre lumière. Une terre rouge. Des visages différents. Les mêmes enfants que partout qui vous courent après, déchainés, hilares. Et Alex, le planteur, depuis trois générations, qui a créé un atelier dans son imposant bâtiment afin de mettre au point des thés rares. Le début d’une belle aventure. Une merveilleuse découverte. Joyeux anniversaire à tous les hommes et les femmes de Satemwa.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Un bonheur à perte de vue

10 février 2023
previous arrow
next arrow
Slider

Au Pérou, pour atteindre certaines terres plantées de théiers, il faut se coller à la paroi d’une montagne et suivre longtemps un chemin qui sinue et menace à tout instant de s’ébouler. Mais une vue magnifique vous récompense de vos efforts. Un bonheur à perte de vue.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Carlota, sa jungle aimée

13 janvier 2023
previous arrow
next arrow
Slider

En Colombie, le thé pousse dans les Andes, plus exactement dans la région de Cali, capitale de la salsa. Dans cette partie de la Vallée de la Cauca, au sud-est de la capitale, Bogota, on ne fait pas que danser. Autrefois connue pour la culture de la canne à sucre, le café, le cacao font désormais partie des cultures réputées du district. Et un jour, sûrement, le thé, qui compose ici des paysages de toute beauté. Il faut dire que Carlota – qui règne sur la seule et unique plantation – a un principe : des parcelles de 5 hectares maximum, nichées au milieu de la jungle afin de préserver la biodiversité qui compte tant à ses yeux. Toute la vie de Carlota tourne autour de cet amour de la nature, cet amour pour cette jungle au creux de laquelle elle a choisi de vivre. Et si elle voue à ce point un culte à ses cultures de thé, c’est parce qu’elles permettent à toute une population de rester dans les montagnes et de préserver cet environnement à la fois unique, fragile, et d’une richesse incroyable. Un joyau. 

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

En Indonésie, de rares Grands Crus

16 décembre 2022
Play
previous arrow
next arrow
Slider

L’Indonésie a attisé bien des convoitises lorsque le parfum de ses merveilleuses épices s’est répandu aux quatre coins du globe, mais qui sait que ce beau pays produit aussi du thé, et du thé parfois délicieux ? Certes cet important producteur ne fait pas toujours dans la qualité, mais en cherchant bien et principalement sur l’île de Java, on trouve de sublimes grands crus, manufacturés à la main, bien sûr, et qui réservent à la tasse une expérience unique. Parmi les thés les plus réputés : le thé blanc des monts Cisujen, le Jin Jun Mei de Java et l’Eksotik Teh Hijau.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Mieux vivre

2 décembre 2022
Play
previous arrow
next arrow
Slider

Dans la partie centrale de l’île de Java, ce cultivateur arrache ses théiers qui ne lui rapportent plus. Il va les remplacer par des cultures maraîchères. Pourquoi n’arrive-t-il pas à vivre du thé ? Parce qu’il vend une simple cueillette plutôt qu’un thé fini. Il ne transforme pas les feuilles. On ne lui a jamais appris à le faire. Depuis toujours, il prélève les feuilles sur les rameaux, et vend aussitôt cette fraîche moisson.

Voilà donc un défi important pour tout chercheur de thé qui se respecte : comment faire pour qu’un fermier n’ait jamais à se débarrasser de ses théiers ? Comment l’aider à acquérir un savoir-faire qui lui permette de vivre de son travail ? Comment l’aider à faire naître entre ses mains des thés délicieux et à forte valeur ajoutée ? Autant de questions auxquelles nous tentons de répondre de notre mieux, en rendant visite aux fermiers, pour commencer, il s’agit bien sûr d’une étape indispensable. Et par des échanges, des dégustations, des démonstrations, des émulations entre villageois. Enfin, en répondant présent, offre généreuse à l’appui, sitôt un bon thé manufacturé.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Cercle vertueux

4 novembre 2022
previous arrow
next arrow
Slider

Le thé peut être récolté à la main plutôt que de façon mécanique, et ça fait toute la différence. Il reste difficile de prélever les feuilles avec des cisailles (hormis au Japon où l’on a mis au point des outils d’une précision extrême) et prétendre à une quelconque qualité. Certes, un thé issu d’une récolte manuelle va coûter dix à cent fois plus cher qu’un thé industriel, et parfois l’écart est plus important encore. Mais ce qu’il faut retenir, c’est l’opportunité qu’offre le grand cru, à savoir la mise en place d’un véritable cercle vertueux : plus les revenus  des producteurs sont élevés, plus ces mêmes agriculteurs investissent dans la transmission d’un savoir-faire. Ils vont alors davantage chercher à obtenir une qualité qu’une quantité, il vont employer davantage de personnes qui resteront ainsi attachées à leur terre et à leur ruralité. Un grand thé offre ainsi à chacun l’opportunité de vivre en harmonie avec la nature.  

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Sur l’île de Java, des champs de thé uniques au monde

28 octobre 2022
Play
previous arrow
next arrow
Slider

Rarement j’ai vu d’aussi spectaculaires plantations que celles qui se situent aux alentours de la ville de Bandung sur l’île de Java. Des paysages d’une beauté à couper le souffle, du relief, de la brume, des arbres splendides au délicat couvert, des rais de soleil qui inondent de lumière les théiers dont l’alignement parfait épouse le dessin des collines, jusqu’à perte de vue.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Aux Açores, Clara et ses trésors

7 octobre 2022
previous arrow
next arrow
Slider

Sur l’archipel des Açores, des tentatives existent de manufacturer de délicieux thés à partir de récoltes manuelles et de cueillettes particulièrement fines. Les expérimentations ont lieu sur de petites parcelles nichées au cœur de l’île de Sao Miguel. Dans les locaux de l’institut de recherche agronomique, Clara fait subir à ses précieuses récoltes chacune des étapes de la fabrication du thé. A partir de divers cultivars, elle obtient des résultats remarquables. Si la quantité de thé manufacturée reste pour le moment confidentielle, j’ai hâte de pouvoir aider Clara et de futurs agriculteurs de l’île à faire connaître leur surprenante production.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.