Plantation

Des paysages variés

14 décembre 2018
Des paysages variés

Le thé pousse dans de nombreux pays mais d’une région à l’autre les plantations ne se ressemblent pas. A la douce ondulation des lignes de théiers, au choix des arbres qui leur apporte une protection légère, aux pierres sombrent qui parsèment le domaine, on reconnaît ici le sud de l’Inde. Munnar (Kerala), Coonoor (Tamil Nadu) produisent des thés de qualités diverses. C’est autour de la ville de Ooty (Tamil Nadu) que l’on trouvera les meilleurs crus.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Sous le toit du monde

30 novembre 2018
Sous le toit du monde

Le thé se cultive à Darjeeling jusqu’à fin novembre, à une ou deux semaines près, selon la température des sols. En effet, sitôt que l’on descend sous les 16 degrés, le théier entre en dormance jusqu’au printemps suivant. Novembre, un mois idéal pour admirer le troisième sommet du monde, le Kanchenjunga, qui domine les contreforts himalayens.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Un éternel recommencement

19 octobre 2018
Un éternel recommencement

Dans ma recherche de Grands Crus, je regarde ce que produisent les fermiers ou les plantations que je connais déjà, je recherche aussi de nouvelles fermes, parfois dans de nouvelles régions, parfois dans de nouveaux pays. La sélection des Grands Crus est un éternel recommencement. S’agissant de thés rares et exceptionnels, rien ne m’assure qu’un producteur réputé va être capable de refaire un thé aussi épatant que celui de l’année précédente. Il faut goûter les productions – à l’aveugle pour ne pas être influencé par le prestige d’une appellation ou par la sympathie d’un fermier. Et il faut de temps à autre faire son baluchon et partir à l’aventure. Le Rwanda, par exemple, peut produire de très bons thés, il compte au nombre des pays dans lesquels j’ai l’intention de retourner bientôt, le temps d’arpenter les différentes plantations.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Rooibos, une culture récente

24 août 2018
Rooibos, une culture récente
Si le rooibos se consomme depuis des siècles, il n’est en revanche cultivé que depuis peu. C’est au milieu du XIXème siècle qu’un prêtre allemand, venu de Namibie, créé le village de Wupperthal, en Afrique du Sud. Il impose des règles de vie très strictes aux membres de la communauté et organise avec eux les premières cultures de rooibos. A mi-distance du Cap et de la Namibie, Wupperthal se situe en plein désert. Le rooibos ou Aspalathus lineari est à peu près aussi sobre qu’un chameau et supporte sans broncher les chaleurs extrêmes. Il faut dire que les profondes racines de cette plante l’aident à trouver ses ressources. Wupperthal se mérite, au bout de plusieurs heures d’une méchante piste qui offre tout de même de beaux paysages à qui goûte l’aride.
Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

La fraîcheur d’un brumisateur

3 août 2018
La fraîcheur d’un brumisateur

Le théier est comme vous. Par forte chaleur, il apprécie la fraîcheur d’un brumisateur. Le théier fait partie de la famille des camélias, ce sont des plantes qui aiment l’eau à la condition qu’elle ne stagne pas au niveau de leurs racines. Sur un sol en pente, le théier va naturellement trouver sa place, a fortiori dans les régions de montagnes au climat chaud et humide. Sur un sol plat, on établira un drain.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Des thés qui se méritent

20 juillet 2018
Des thés qui se méritent

L’Afrique produit des quantités énormes de thé – savez-vous que le Kenya est le 1er exportateur au monde ? Du mauvais thé, pour l’essentiel, destiné à la fabrication de thés en sachets. Cependant, en cherchant bien, on trouve des thés absolument merveilleux, au Kenya, au Rwanda, en Ouganda, au Malawi, entre autres. Dénicher des crus rares, que ce soit en Afrique, en Asie ou ailleurs, voilà le sens de mon métier. Un métier qui se renouvelle sans cesse car d’une saison à l’autre, d’une année à l’autre, les productions ne se ressemblent pas. Il faut déguster, encore et encore, saison après saison, pour sélectionner les meilleurs thés du moment.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Un volcan dans le paysage

20 avril 2018
Un volcan dans le paysage

Sur l’île de Kyushu, au Japon, il n’est pas rare de découvrir un volcan dans son champ de vision et le photographe que je suis s’en réjouit : le relief de ces géants de lave vient souligner l’horizontalité maîtrisée des théiers. Il dérange un paysage un peu trop ordonné. Il rappelle aussi que le temps des récoltes, le temps des saisons, le temps de la vie humaine, tout simplement, est infime. Ici le Mont Kaimon dont la silhouette rappelle celle du Mont Fuji.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Des champs de thé hérissés de ventilateurs

30 mars 2018
Des champs de thé hérissés de ventilateurs

Jusqu’à l’extrême sud du Japon on retrouve ces paysages de champs de thé. Ils sont reconnaissables entre autres du fait qu’ils sont hérissés de ventilateurs susceptibles d’éviter à un air trop froid de stagner au niveau des théiers. Ici, je suis proche de la baie de Kagoshima que l’on peut voir au second plan, une région importante pour la production de thé de l’archipel.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

En Inde, un sud montagneux

2 février 2018
En Inde, un sud montagneux

Quand on pense au sud de l’Inde, on pense à des temples hauts en couleur, à d’anciens comptoirs actifs dans le commerce des épices, à des plages frangées de palmiers, à ces dédales de canaux sur lesquels glissent les sampans, à des jardins luxuriants… Le sud de l’Inde est moins connu pour ses massifs montagneux. Pourtant ce que l’on nomme les « ghats », c’est-à-dire littéralement les marches, culminent à plus de 2.000 mètres d’altitude. Une altitude et un climat qui plaisent aux théiers.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Une terre bien tenue

19 janvier 2018
Une terre bien tenue

Les pratiques agricoles évoluent avec le temps. Si autrefois on plantait parfois les théiers dans le sens de la pente ce qui se traduisait par des lignes verticales visibles sur la partie gauche de cette photo, aujourd’hui on va installer les jeunes plants suivant une ligne horizontale, ceci afin de limiter l’érosion des sols. Lors de fortes pluies, les eaux vont ruisseler plus lentement et les théiers vont mieux tenir la terre.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.