Kenya

Un cépage riche en antioxydants

31 mars 2017
Un cépage riche en antioxydants

On peut désirer déguster un thé pour ses qualités gastronomiques, on peut être dans le même temps sensible aux bienfaits du thé et en particulier à sa teneur en polyphénols.

L’un des cépages les plus riches en antioxydants se nomme TRFK 306/1. Il a été mis au point par le fameux centre de recherche de thé du Kenya que j’ai eu l’occasion de visiter. La particularité de ce cépage, outre que les polyphénols sont en quantité une fois et demie plus importante que pour les autres thés, réside dans la couleur de ses feuilles. Vous pouvez admirer ici, à droite, leur belle teinte pourpre.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

L’altitude, une alliée de choix

13 juillet 2016
L’altitude, une alliée de choix

Au Kenya, certaines plantations se situent à près de 2.000 mètres. A cette altitude, les insectes ou bien les champignons susceptibles de s’attaquer au théier sont particulièrement rares. Cela est dû aux basses températures. Il est donc plus facile, dans ces conditions, de produire un thé de façon organique. Reste alors, pour être certifié “Bio” (en plus du fait de ne pas utiliser les pesticides ou fongicides interdits), à ce que la terre soit enrichie de façon naturelle, avec du compost, par exemple.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Feuilles de thé sous abri

29 avril 2016
Feuilles de thé sous abri

Entre le moment où les feuilles de thé sont récoltées et le moment où elles atteignent le bâtiment où elles seront travaillées, il ne faut à aucun prix qu’elles fermentent. Cela pourrait gâcher la qualité du thé. On trouve donc, à différents endroits des plantations, un petit abri tout simple conçu pour que les feuilles soient épargnées par la pluie en attendant d’être conduites à la factory.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Un Grand Cru venu du Kenya

25 mars 2016
Un Grand Cru venu du Kenya

Dans ma théière, ce matin, les feuilles de « Mount-Kenya Golden-Leaves » s’épanouissent. Il s’agit du premier grand cru que j’ai trouvé au Kenya et il nous arrive tout juste. Ses notes miellées, boisées, cirées et reglissées me ravissent. Elles réchauffent et célèbrent à leur façon l’hiver qui s’achève. Elles donnent envie de rester encore un peu au chaud, avec des choses douillettes autour de soi. Elles donnent envie de les humer, bol calé entre ses mains.

Un grand cru du Kenya est un événement. 3ème producteur et 1er exportateur de thé au monde, ce pays ne produit quasiment que des thés en poussière, pour l’industrie du sachet. Il faut donc encourager celles et ceux qui se lancent dans le défi de la qualité, récoltent les feuilles à la main et avec précaution, font de l’artisanat là où d’autres font de l’industrie.

Sur cette photo, le centre de recherche de Kangaita qui apporte une aide précieuse aux petits producteurs.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

De la récolte à la manufacture

26 février 2016
De la récolte à la manufacture

Aussitôt les feuilles de thé récoltées, elles doivent être amenées sur le lieu de leur manufacture le plus rapidement possible. Il faut à tout prix éviter que les feuilles entassées ne fermentent. Cette fermentation accidentelle affecterait de façon notoire la qualité du thé. Ici, au Kenya, on utilise de très grandes hottes, très aérées, afin que les feuilles cueillies respirent bien.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Une plantation de thé au Kenya

19 février 2016
Une plantation de thé au Kenya

La plantation de Kangaita, au Kenya, est l’une des rares à proposer des thés de qualité, c’est-à-dire en feuilles entières. Le parc national du Mont-Kenya borde le domaine et nombreux sont les oiseaux qui viennent voleter dans les théiers. En revanche, les éléphants ne sont pas les bienvenus, en raison des dégâts qu’ils occasionnent. Ici, au loin, les cimes du Mont Kenya, il culmine à 5.199 mètres.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Le thé des pentes du mont Kenya

12 février 2016
Le thé des pentes du mont Kenya
Le Kenya compte parmi les plus importants exportateurs de thé de la planète. Malheureusement, l’essentiel de cette production est constituée de ce que l’on appelle des thés CTC (broyés, déchiquetés, roulés) – le genre de thé que l’on trouve dans les sachets. Mais ça n’est pas une raison pour ne pas chercher, en altitude, de petits producteurs ayant soif de qualité. Me voici donc sur les pentes du Mont Kenya, à déguster de magnifiques thés noirs. Comme quoi, il ne faut jamais juger trop vite : de même que de grandes appellations réservent parfois de mauvaises surprises, il m’arrive de rencontrer, sur des terres méconnues, de véritables passionnés qui ont acquis un sérieux savoir-faire.
Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.