Thé et mets

Shiraore Kuki Hojicha et Pont-l’Evêque, un accord confondant

5 avril 2019
Shiraore Kuki Hojicha et Pont-l’Evêque, un accord confondant

D’une façon générale, les thés grillés japonais fonctionnent très bien en association avec des mets (crustacés, saumon à l’unilatéral, poisson fumé, dessert à base de fruits rouges ou de praline…). Ils font aussi merveille en fin de repas, y compris auprès des amateurs de café qui en apprécient les parfums de torréfaction.

Ici, en accord avec un Pont-l’Evêque, le Shiraore Kuki Hojicha en impose et développe au contact du fromage un bouquet à la fois boisé et pyrogéné, ainsi que des notes de fruits cuits. Une belle association.

Le thé a infusé une heure dans l’eau à température ambiante. Il se conserve ensuite très bien au frais pendant 24h.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Le brie fond de plaisir pour le Bancha Hojicha

7 décembre 2018
Le brie fond de plaisir pour le Bancha Hojicha

Thés et fromages font bon ménage. Avec un brie, qu’il soit de Melun, de Meaux, de Nangis ou de Montereau, je recommande un Bancha Hojicha. Les notes boisées et torréfiées de ce fameux thé grillé japonais s’accorderont à ravir avec les arômes de cette pâte molle à croûte fleurie. A condition toutefois de préférer à l’infusion dans l’eau chaude, une infusion d’une heure à température ambiante.

Trouver le bon accord n’est pas une mince affaire, il faut déguster beaucoup de thés différents, comme ici ou je compare Pu erh Impérial, Malawi Dark et Bancha Hojicha face à trois bries, après bien d’autres essais.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Yorozu, à Fukuoka, un moment unique

23 février 2018
Yorozu, à Fukuoka, un moment unique

La ville japonaise de Fukuoka n’est peut-être pas la plus visitée par les touristes occidentaux mais si vous allez là-bas et que vous aimez les expériences gastronomiques inédites, foncez chez Yorozu. Il faut réserver d’avance, il faut parler japonais ou bien être accompagné de quelqu’un qui parle cette langue, c’est impératif, et avoir deux heures devant soi. Ensuite, vous vous laissez faire et Suguru Tokubuchi vous fera déguster des associations de thé et de divers alcools, préparations concoctées devant vous, dans un cadre intimiste qui rend encore plus précieuse chaque gorgée, chaque bouchée choisie pour accompagner l’un ou l’autre des cocktails. Un moment unique.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Une association heureuse

23 décembre 2016
Une association heureuse

L’association des thés et des mets est une affaire sérieuse. Par association thés et mets, il faut entendre le fait d’associer un thé avec un met, et que cela constitue une association heureuse pour les deux protagonistes. Et c’est là que se situe la difficulté. Si j’associe, par exemple, un Genmaicha avec un financier aux noisettes, cela n’a d’intérêt que si les notes végétales et grillées du thé mettent en valeur le financier, et qu’après avoir avalé une bouchée du même financier, ce thé vert du Japon apparaît sous un jour à la fois nouveau et avantageux. Il y a quelques semaines, j’ai passé six heures d’affilées en compagnie du chef Michel Lentz, au Cristal Room Baccarat, à Moscou, à déguster, en sa compagnie une profusion de bouchées, tartelettes, crèmes, madeleines, financiers, meringues, glaces et sorbets de son cru, accompagnés d’autant de thés, afin de trouver ensemble autant d’associations heureuses. Mention spéciale à la crème au caramel de l’enfance qui se déguste avec un Dan Cong pour la partie supérieure tandis que la liqueur au fond de la verrine constitue le plus réussi des mariages accordée à un Jin Zhen, aux notes chaudes de fruits compotés, de cire et de miel.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Accord thé et fromage : Thé du Tigre et Roquefort

13 mars 2015
Accord thé et fromage : Thé du Tigre et Roquefort

 

On peut aimer le fromage et varier les plaisirs. Plutôt que d’associer fromage et vin, que diriez-vous d’essayer avec un thé ? Les associations thés et fromage éveillent la curiosité et cette semaine je vous propose un nouvel accord : Thé du Tigre et Roquefort. Je ne suis pas un gros consommateur de thé fumé mais il faut reconnaître qu’avec un bleu aussi puissant le mariage fonctionne très bien. La chaleur du thé fait fondre rapidement le fromage en bouche, les notes boisées et animales, fumées et lactées, s’entremêlent et se répondent. Pour vous, une dégustation sensuelle et onctueuse en perspective.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Rencontre avec Daniel Rebert, chef pâtissier

23 janvier 2015
Rencontre avec Daniel Rebert, chef pâtissier

Rien n’est plus agréable que de se demander quel thé on va bien pouvoir déguster. Le plaisir du thé, pour moi, commence au moment où l’on soulève le couvercle de ses boîtes de thé pour en humer les feuilles, et choisir lequel convient le mieux au moment, à l’humeur, à la saison.

De temps en temps, cet exercice sort du cadre strict de la théière et il s’agit de savoir quel thé s’accorderait le mieux avec tel ou tel mets. La journaliste Laura Annaert a organisé il y a quelques jours une rencontre entre le fameux pâtissier Daniel Rebert et moi-même, à l’hôtel Royal Monceau, à Paris. Elle voulait nous écouter tous les deux trouver les bons accords entre les créations de Daniel Rebert et ma sélection de Grands Crus de thé. Nous avons dégusté à différentes températures un Butterfly of Taiwan, un Qimen Impérial et un Shiraore Kuki Hojicha, comparé les textures, les notes grillées et gourmandes, les notes de cuir, de cacao ou de bois, tout en nous régalant de millefeuilles, sablés et autres bonbons de chocolat. De joyeux échanges !

(photo : Victoire Avril)

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Accord mets et thé : Cantal Vieux et Bourgeon de Pu Erh

19 décembre 2014
Accord mets et thé : Cantal Vieux et Bourgeon de Pu Erh

Je vous ai déjà parlé de fromage, notamment pour vous vanter l’association d’un chèvre frais et d’un Bao Zhong Premium. Aujourd’hui, je vous recommande une nouvelle association : celle d’un Cantal vieux et d’un Bourgeon de Pu Erh. Le thé est ici infusé normalement, à chaud, mais il est préférable de le laisser refroidir pour une dégustation à température. Cela vous permet de préparer tranquillement votre thé dans les heures qui précèdent le repas, et de le réserver dans votre théière. Pour le service, je vous conseille un carafon transparent ainsi que des verres à liqueur. La surprise, pour vos amis n’en sera que plus totale. Ils seront séduits, j’en suis sûr, par la richesse de cet accord, par cet équilibre et cette harmonie entre les notes de bois, de sous-bois et animales du Pu Erh, et celles du Cantal Vieux.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Accord thé et fromage : l’exemple du chèvre

5 septembre 2014
Accord thé et fromage : l’exemple du chèvre

 

Les petits chèvres frais font partie de mes fromages favoris et j’aime aller à la chèvrerie les choisir. Pour accompagner leur dégustation et plutôt qu’un vin, je préfère le thé. Ou, plus exactement, un Bao Zhong Premium servi à température ambiante. Pour cela, faire infuser le thé durant 6 minutes puis, après avoir ôté les feuilles de la théière, laisser refroidir durant 30 minutes. Servir dans de petits verres à liqueur transparents. Vous surprendrez vos convives et cette association vous séduira : le thé n’écrase pas la subtilité du fromage, au contraire, elle l’accompagne, on passe des notes végétales et florales du thé à celles lactées et délicatement animales du fromage. Un bel accord.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Cuisine et thé

5 avril 2013
Cuisine et thé

Peu à peu le thé sort de la théière et de plus en plus de chefs l’utilisent en cuisine comme un ingrédient. Après la pâtisserie au matcha le thé prend davantage ses aises et se retrouve maintenant à agrémenter des recettes salées.

Il arrive aussi que le thé soit proposé pour s’accorder à un met comme ici chez Yam’Tcha, à Paris, où l’on associe la dégustation d’un pu erh à celle d’une poularde de Bresse.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Une autre manière de savourer le thé

25 janvier 2013
Une autre manière de savourer le thé

Dans certains pays, on ne se contente pas de boire le thé, on le mange.
Comme ici, en Birmanie, où l’on fait fermenter des feuilles de thé dans des tubes de bambou avant de vous les servir agrémentées d’huile de sésame. On vous présente ce plat au cours d’un repas mais il est également proposé à la fin de certaines cérémonies familiales ou bien religieuses.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.