Les variétés sinensis et assamica


9 mars 2018
Les variétés sinensis et assamica
Si vous êtes amateur de thé, vous savez sans doute qu’il existe deux grandes familles de camellia sinensis à partir desquels on peut manufacturer du thé, le camellia sinensis variété sinensis et le camellia sinensis variété assamica. Plutôt que de risquer d’y perdre son latin, voici une illustration très parlante. La grande feuille correspond au genre assamica et la feuille minuscule – d’une richesse aromatique incomparable et d’une rusticité qui permet une adaptation à des climats rigoureux – appartient au genre sinensis. Inutile de vous préciser qu’un producteur qui recherche la quantité au détriment de la qualité ne va pas hésiter longtemps entre les deux variétés.

Je remercie Laurence, responsable de la boutique Palais des Thés sise rue du Commerce, à Paris, d’avoir eu la gentillesse de prendre cette photo tandis que nous visitions ensemble un centre de recherche dans le nord de l’Inde.

(photo : Laurence Jouanno)

Vous avez aimé cet article ?
Commentez
3 commentaires sur “Les variétés sinensis et assamica
  1. Bonjour Monsieur Delmas.
    Très belle photo et article très intéressant.qui ouvre de nombreux débats sur les cultivars.

    Pour ma part, je trouve qu’il existe aussi de très beaux thés confectionnés à partir de cultivars assamica.
    – Les thés noirs du plateau de Sun Moon Lake à Taïwan. Cultivars : T8, T18, T21
    – Les Pu Erh . Cultivar : Da Ye, Men Hai ….
    – Les thés noirs de la plantation d’Halmari dans l’Assam. Cultivar : Panetola 126
    – Le thé blanc Bua Li Lam du Laos. Cultivar local.
    – Les thés verts aux fleurs du lotus d’Hanoï au Vietnam. Cultivar Local.
    – Les Bi Luo Chun du district de Simao au Yunnan. Cultivar : Yukang 100 .
    – Les bourgeons de Pu Erh blanc du Yunnan. Cultivar : Da Ye .
    Palais des Thés en vend un qui est sublime : Le Baî Da Ye !

    Cordialement

    1. Bonjour Benoît, Merci pour votre commentaire. Vous avez tout à fait raison, je partage, le sujet est un peu plus complexe que je voulais bien le dire et même si le type de théier n’est pas toujours très simple à déterminer. Il y a eu des croisements qui rendent parfois difficile l’identification au genre. Les hybridations ont donné naissance a de multiples cultivars. Et sans oublier l’existence du camellia sinensis varieté cambodiensis que je ne citais pas dans mon billet. Je vous souhaite de joyeuses dégustations !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez

Articles similaires

Vers des récoltes mécanisées ?

20 octobre 2017

Récolter des feuilles de thé à la main nécessite une main d’œuvre extrêmement importante, mais la récolte manuelle est gage de qualité. Certains centres de recherche, comme ici dans le…

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.