ARCHIVE DE février 2019

Les thés du Kerala

22 février 2019
previous arrow
next arrow
Slider

Les régions de production du sud de l’Inde se situent pour l’essentiel au Tamil Nadu (autour de Ooty et de Coonoor) et au Kerala (Munnar et Wayanad). Si les thés du sud de l’Inde ne sont pas les plus réputés du pays, il n’empêche que lorsque l’on cherche bien, on peut trouver des plantations qui manufacturent des thés tout à fait intéressants. Ici, dans la région de Wayanad avec, en fond, le sommet des Ghats occidentaux, le pic Chembra.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Des récoltes pas toujours manuelles

15 février 2019
Des récoltes pas toujours manuelles

La récolte des feuilles de thé à l’aide de cisailles pose problème en terme de qualité car on coupe alors au hasard des rameaux au lieu de ne prélever que le bourgeon ainsi que les deux feuilles suivantes. Pour un thé de qualité, rien ne vaut la récolte manuelle. Lorsqu’au cours de mes pérégrinations je vois quelqu’un utiliser ce type d’instrument, j’engage une discussion avec le planteur pour comprendre pourquoi il procède ainsi. Souvent, le manque de main d’œuvre en est la cause. Il est aussi fréquent que la récolte manuelle subsiste à la meilleure saison, tandis que pour les récoltes d’une qualité inférieure, destinées aux thés en sachet, les cisailles sont alors utilisées. 

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Cochin, un comptoir de thé

7 février 2019
Cochin, un comptoir de thé
previous arrow
next arrow
Slider

La ville de Cochin (Inde) fait partie des anciens comptoirs qui se sont développés grâce au thé. Dans le cas de la capitale de l’état du Kerala, on peut ajouter les épices, le café, le jute. Toutes ces denrées étaient chargées dans les cales des navires qui faisaient voile vers l’Arabie. De nos jours encore, de nombreuses sociétés de thé indiennes maintiennent leur présence dans cette ville, notamment sur l’île de Willingdon. Et si vos pas vous mènent le long des rues qui relient le charmant quartier de Fort-Cochin à celui de Mattancherry, vous pourrez apercevoir les entrepôts des grossistes offrant par balles entières, outre le thé et le café, la cardamome, le gingembre, le poivre, la muscade…. Une promenade olfactive et un saut dans le temps car les maisons conservent le style des colons portugais et hollandais. L’ombre de Vasco de Gama s’étire partout dans la vieille ville. Non loin de là, pour le plus grand bonheur des touristes, les filets chinois vont et viennent au bout d’un bras lesté de lourdes pierres.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Chercheur de thé, une manière de mener l’enquête

1 février 2019
Chercheur de thé, une manière de mener l’enquête

Avant de me lancer dans le thé, j’ai longtemps rêvé de devenir journaliste. J’aimais l’idée de m’intéresser aux gens, de leur poser des questions, de comprendre ce qu’ils faisaient, de me faire expliquer des choses parfois compliquées et d’essayer de les rendre compréhensibles. J’aimais l’idée d’investiguer, de recouper l’information, de mettre à l’aise mon interlocuteur pour instaurer un dialogue de qualité. J’avais envie d’un métier qui m’emmène au bout du monde, qui me fasse rencontrer des gens de tous les horizons, de toutes cultures, des hommes et des femmes qui ne parlent pas ma langue, qui ne partagent pas mon histoire. J’avais envie de recevoir leur message et de le transmettre. Et puis, finalement, je me suis créé ce métier de chercheur de thé qui n’existait pas. J’aurais pu me contenter de rester derrière le comptoir de ma boutique de thé, j’aimais ça, accueillir les clients, les écouter, les orienter, mais j’ai eu envie d’aller plus loin, de mener mon enquête, de savoir d’où venaient ces feuilles de thé. J’ai appris d’abord à déguster, à reconnaître les goûts, les arômes, j’ai appris ensuite des langues étrangères. J’avais soif de découvertes, d’aller au-devant d’un monde ignoré, celui de la culture du thé. J’ai fait mon balluchon. J’ai été à la rencontre des fermiers, des cultivateurs, des négociants, des cueilleurs, des planteurs. Je me suis pris au jeu. Voyage après voyage. J’ai pris mon temps. Je suis parti à la rencontre de ces hommes et de ces femmes qui peuplent ces montagnes sur lesquelles ils pratiquent la culture du thé. Je les ai trouvés dans les champs, sur la place d’un village, devant l’usine. Je me suis assis. Je suis resté. J’ai écouté. Ecouté. Ecouté. J’ai tout enregistré. Et voilà comment, trente-deux ans plus tard, ce métier me comble et que ce qui me plaisait tant, autrefois, dans ce métier de journaliste, je le retrouve ici dans celui de chercheur de thé.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.