Des arbres qui nous parlent

26 avril 2024
previous arrow
next arrow
Slider

A l’heure où l’on ne voit pas bien clair du côté de Darjeeling dont les plantations subissent depuis de longues années une crise dont on aimerait voir la fin, je me promène dans d’autres régions de thé du nord de l’Inde. « La Nature est un temple où de vivants piliers laissent parfois sortir de confuses paroles », écrit Charles Baudelaire. Et ici, dans la vallée de Kangra, qui ne ressentirait pas cette présence ? Regardez comme ces arbres nous observent avec un regard familier ! Je ne sais pas si vous les entendez. A moi, ils me parlent.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

La photo révèle

12 avril 2024
Slider

Parfois, la photo interroge. Au moment de déclencher, il se peut que celui qui est à la manœuvre de l’autre côté de l’objectif, son boîtier bien en main, ne voit pas l’essentiel. Il est absorbé par son sujet, attend la bonne lumière, cadre, règle la vitesse d’obturation et la profondeur de champ. Et c’est seulement une fois la photo affichée sur toute la surface de l’écran d’un ordinateur que la chose lui saute aux yeux. Ici, par exemple, ce que je découvre c’est l’absence d’arbres. Sur le moment je n’ai rien vu. Comment est-ce possible ? Et comment peut-on déboiser de la sorte, cultiver de façon aussi intensive sur des collines à ras ?

Mais ce que je retiens surtout ici c’est ce mystère de la photographie qui agit parfois en deux temps, une réponse à une attirance pour des formes, des couleurs, en premier lieu. Puis quelque chose de plus profond qui se révèle ensuite.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Le culte et l’inculte

29 mars 2024
Slider

Cette photo offre une vision heureuse, à mon humble avis. On y trouve des théiers s’épanouissant au sein d’une végétation dense. Un relief accidenté, forcément pentu, des arbres nombreux, d’essences variées… Une belle harmonie entre le culte et l’inculte, entre le cultivé et le sauvage, j’entends. On imagine bien la richesse de la faune et de la flore au sein d’une telle diversité. Et pour le photographe que je suis ou que je tente d’être, une seule couleur ou presque, dirait-on au premier coup d’œil, mais à y regarder de plus près, quelle multitude, quel choix dans les verts. Et quoi de mieux que cette profusion de verts pour fêter le printemps ?

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Chercheur de thé, c’est un métier

9 février 2024
Slider

Je ne suis pas le seul aujourd’hui à exercer le métier de chercheur de thé. Léo part lui aussi à la recherche des thés rares et depuis plus de cinq années nous travaillons ensemble, c’est-à-dire que nous dégustons tous les échantillons qui arrivent, nous entretenons des relations étroites avec les fermiers que nous essayons par ailleurs de mettre en valeur et aussi d’aider quand ils en ont besoin. Et nous formons le plus de collègues possibles afin que leur connaissance du thé progresse. Cela passe, là aussi, par de nombreuses dégustations et par tous les récits de voyages possibles et imaginables, entre autres expériences gastronomiques. Deux chercheurs de thé en France, c’est peu, mais nul doute que ce métier a de l’avenir au vu de l’engouement actuel des Français pour le thé de qualité.

Comment devient-on chercheur de thé ? à suivre…

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Se préparer au thé

19 janvier 2024
Slider

Il y a la préparation du thé et il y a la préparation au thé. Lorsque je me prépare un thé, je me prépare aussi au thé. Cela signifie que je ralentis mon rythme, je prends le temps de souffler, comme on dit. Je mets entre parenthèses toute préoccupation que je peux avoir, je me donne de la légèreté. Je concentre mon attention sur un objet qui m’est cher, une émotion positive, ou encore un beau paysage, comme ici. Une vue sur un jardin. Et pendant que mon thé infuse, et pendant que je le déguste, me tenant bien droit et détendu à la fois, je suis apaisé.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Un thé qui nous apaise

12 janvier 2024
Slider

Parfois je m’interroge à propos de ce que le thé m’apporte. Pourquoi me fait-il tant de bien ? Aujourd’hui je fouille dans mes photos pour alimenter ma réflexion. Et je tombe sur ce cliché, pris au bord du Gange. Lorsque je le contemple, je ressens exactement ce même apaisement que celui que me procure la dégustation de mon breuvage favori. Me voilà donc rendu où je voulais, à la définition de cet apport du thé, son bienfait : le thé m’apaise. Lorsque je me prépare un thé, lorsque je tiens la tasse dans mes mains, déjà je me détends, je ferme les yeux, je me concentre et me sens devenir libre. Je me détache des choses, brise d’invisibles liens qui me contraignent. Comme cette silhouette, cet homme-oiseau qui embrasse le ciel et s’affranchit de toute pesanteur. Le thé, un appel à l’apaisement.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Les hommes à la tâche

29 décembre 2023
previous arrow
next arrow
Slider

De nos jours, ce sont souvent les femmes qui récoltent le thé dans les plantations créées par les Anglais. En Inde, au Sri Lanka et dans différents pays d’Afrique de l’Est… Pourtant, ça fait longtemps que nos amis britanniques ont abandonné la partie. Et si les pratiques mises en place par eux demeurent dans maintes zones de production, il n’en reste pas moins que lorsque les cultivateurs se retrouvent livrés à eux-mêmes, comme ici entre Gange et Brahmapoutre, ils se répartissent les tâches comme ils l’entendent. Et ça fait du bien de voir les hommes aux champs, ça fait du bien de ne pas entendre les mêmes sempiternelles bêtises : « Les doigts des femmes sont plus fins, plus agiles… »,  « Les femmes ont des pratiques plus délicates… ». Quelle blague ! Même ceux que je photographie, cela les fait rire. Finissez 2023 en beauté et à l’année prochaine !

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Une vie

10 novembre 2023
Une vie

Je passerai ma vie à photographier les gens du thé. A les observer. A les aimer. Je passerai ma vie à marcher à leurs côtés. A me poser près d’eux. A prêter la plus grande attention à chacun de leur geste. A attendre la bonne lumière. A leur dire quelques mots dans leur langue, si je peux. A trouver des choses à partager. Ou bien à me taire et à prendre dans les poumons tout l’air que je peux et même davantage, et le sentir circuler dans mon corps, cet air-là.

Je passerai ma vie à photographier des gens qui me regardent, des gens qui rougissent ou bien qui rient. Des gens qui en redemandent, qui se précipitent sur l’écran de contrôle de mon Canon une fois la photo prise. Ou d’autres, plus distants. Ici, une femme au panier bien rempli, derrière laquelle j’ai longtemps marché et dont j’ai tenté en vain de capter l’attention, me tourne le dos et s’en va.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Jardin zen

19 juillet 2023
previous arrow
next arrow
Slider

Au Japon, pays d’ordre s’il en est, les théiers sont entretenus de la façon la plus rectiligne qui soit. Ils composent des sortes de jardins zen si bien qu’à l’instar de ceux qui se rencontrent à Kyoto et dans bien d’autres régions de l’Archipel, à leur contact on aspire à se poser et à les contempler. Leur esthétique vous absorbe.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Un thé chic

2 juin 2023
previous arrow
next arrow
Slider

En Angleterre, le thé constitue un rituel. Ou plutôt plusieurs rituels : early morning teabreakfast tea, et bien sûr le fameux afternoon tea. Durant ce qu’il faut bien dire, ressemble à un vrai repas, le thé est important, certes, mais l’atmosphère, la qualité de la porcelaine, les sandwiches au concombre, à la menthe ou au cheddar, les scones, muffins, cakes, crème fouettée, sont encore plus à l’honneur. C’est la Duchesse de Bedford, au début du XIXème siècle, qui a institué ce moment. A l’époque on déjeunait tôt, dînait tard, et notre duchesse en souffrait. Elle a institué, non pas la tasse de thé qui existait déjà mais tout ce qui peut être à-même de l’accompagner dans le creux d’un après-midi. Une visite dans l’un des nombreux établissements londoniens qui proposent ce que l’on nomme aussi le five o’clock tea calmera les appétits les plus féroces et ce, dans une ambiance délicate, toute en chuchotements, attentions, pas feutrés. Un thé social, bien élevé. Le thé chic par excellence.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.