Roulés en boule

14 octobre 2022
Play
Play
Play
previous arrow
next arrow
Slider

Si vous prélevez la feuille d’un camelia sinensis et versez dessus de l’eau chaude, vous n’obtiendrez rien. La feuille de thé a besoin d’être malmenée pour rendre ensuite, au contact de l’eau, ses arômes, ses saveurs. Aussitôt après la cueillette, le producteur de thé va donc travailler ses feuilles, leur faire perdre la majeure partie de leur humidité, et éventuellement briser leur structure sans les briser elles-mêmes, afin que le jus contenu dans leurs multiples cellules en soit extrait. Voici l’une des machines dont l’on se sert ici, dans l’ouest de l’île de Java (Indonésie). Elle permet de serrer au plus fort un sac en textile bien rempli, et que l’on va ensuite placer entre deux disques de métal pour lui faire subir une forte pression. Très utilisé à Taiwan lors de la manufacture des oolong, cet outil sert aussi à fabriquer des thés verts que l’on souhaite rouler en boule.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Des notes héspéridées

11 février 2022
previous arrow
next arrow
Slider

Du côté de Reggio di Calabria, au sud de l’Italie, la bergamote se récolte de novembre à février sur des arbres qui produisent chacun entre 80 kilos et 120 kilos de fruits par an. Cet agrume, très utilisé en parfumerie, donne au fameux earl grey ses notes hespéridés. Toutes les vallées de la région (ici, la vallée de San Carlo) vivent de cette culture et offrent des vues à couper le souffle sur la mer Ionienne ou le détroit de Messine.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Du thé en Bretagne

28 janvier 2022
previous arrow
next arrow
Slider

Il existe des tentatives de cultiver le camelia sinensis dans de nombreux pays, y compris en France. Sur les rives du Blavet, du côté d’Hennebont (Morbihan), Denis et Weizi font figure de pionniers. Ils ont planté 8 théiers il y a 17 ans, pour subvenir à leur propre consommation. Ils en possèdent 30.000 aujourd’hui, issus de 15 cultivars différents. Leur production pour le moment limitée (20 kg par an) va doubler durant plusieurs années. Leur enthousiasme suscite des vocations et en plus de fournir près de 20.000 plants de thé par an à des amateurs, ils apportent leur aide et forment avec eux une vraie communauté.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Nos amis producteurs

24 décembre 2021
previous arrow
next arrow
Slider

Lorsque je demande à Bente, qui signe les meilleurs thés de Tanzanie, en quoi Palais des Thés lui est utile, à elle et à sa communauté, la réponse fuse :

– Pour payer les salaires !

Et elle ajoute : …pour assurer la sécurité de la plantation, des salariés…Et pour la fierté, bien sûr !

– Merci pour votre support, complète Bente, et merci de nous aider à nous faire un nom dans le monde du thé. Quand vous venez avec vos équipes, vous me montrez ainsi qu’à tous ici que vous croyez en nous et que l’on peut compter sur vous !

À Bente, à nos amis producteurs, à nos clients, à nos équipes, je souhaite de très joyeuses Fêtes !

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Alex cultive les expériences

28 mai 2021
Play
previous arrow
next arrow
Slider

Lorsque vous lirez ces lignes je serai auprès de mon ami Alex à déguster chacun de ses thés. Sa plantation de Satemwa, au Malawi, fait partie de l’une des meilleures plantations d’Afrique. Non content de produire du thé pour les besoins d’acteurs industriels, Alex a mis au point différents ateliers dans lesquels il s’essaye avec succès à des expériences variées. Les thés semi-oxydés, les thés verts, blancs, fermentés, fumés, sculptés, il a tenté tout type de manufacture, ou presque. La curiosité n’est pas un vilain défaut, au contraire, c’est grâce à elle que nous progressons et Alex le démontre tous les jours.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Pour tous les goûts

12 février 2021
Pour tous les goûts

Les mentalités évoluent et je m’en réjouis. Aux premières heures de Palais des Thés, les thés de Chine suscitaient une opinion très tranchée de la part des clients. Certains les adoraient, d’autres les détestaient au prétexte que tous les thés de Chine étaient plus ou moins fumés. Il régnait une grande méconnaissance à leur propos. Trente ans plus tard, quel plaisir de constater que les clichés ont à peu près disparu. Non seulement il est communément admis que tous les thés de Chine ne sont pas fumés, mais il existe aujourd’hui un fort engouement pour les thés verts, blancs, bleu-vert, jaunes, sombres ou noirs, en provenance du pays qui a vu naître le thé.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Un beau paysage ne fait pas toujours un bon thé

12 juin 2020
Un beau paysage ne fait pas toujours un bon thé

Si les plantations de thé du Sri Lanka figurent parmi les plus belles du monde, la qualité n’est pas toujours au rendez-vous. Il faut savoir ne pas se laisser influencer par de beaux paysages. Les meilleurs thés de l’île se rencontrent dans le sud, dans une région peu montagneuse tandis qu’ici, à l’ouest de Nuwara Eliya, plus que d’une expérience de dégustation remarquable, on peut jouir de vues magnifiques. 

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Des thés confinés aux puissants parfums

8 mai 2020
Des thés confinés aux puissants parfums

S’il existe une famille de thé dont on peut dire qu’elle se confine, c’est bien la famille des thés sombres. Les plus connus d’entre eux se nomment pu erh.

Ces thés se confinent le plus souvent à l’ombre et durant un à deux mois pour les durées de confinement les plus courtes. Et lorsque l’heure du déconfinement est venue, lorsque l’on soulève la couverture sous laquelle les feuilles récoltées fermentaient tranquillement, on découvre avec bonheur un thé aux notes puissantes et qui développe à la tasse de magnifiques parfums de sous-bois, de rares odeurs de caves, de champignons, des nuances animales recherchées et qui évoquent souvent l’étable, des arômes épicés. Je vous souhaite un bon déconfinement.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.