Pensées

De belles vacances

21 août 2020
De belles vacances

Ce n’est pas cet été que vous ferez connaissance avec les pêcheurs du lac Inle. En équilibre à une extrémité de leur pirogue, d’un mouvement rotatif de la jambe enroulée autour de leur rame, ils entraînent d’une façon toute mystérieuse les poissons vers le filet qu’ils tiennent d’une main.

Au yeux du voyageur que je suis et si j’en juge par la fréquence de leur prise, l’aisance et la poésie de leur geste mille fois répété contraste avec son apparente efficacité. Je vous souhaite de belles vacances et si vous testez, là où vous êtes cette technique de pêche, vous m’en direz des nouvelles.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Tout simplement

7 août 2020
Tout simplement

Le calme, l’apaisement, le silence, le repos, la lenteur, l’ombre, la fraîcheur, l’eau, une profonde respiration, un sentiment de bien-être, loin du bruit, loin de la foule, à l’abri d’une lumière trop vive, à l’abri du mouvement, le dedans, la concentration, la contemplation, l’émerveillement.

Le temps de l’infusion, le geste qui va de la tasse jusqu’aux lèvres, la première gorgée.

Le thé, tout simplement.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Surexposition

17 juillet 2020
Surexposition

Par les temps qui courent, mieux vaut ne pas s’exposer plus que de raison. A l’heure où de méchants virus se baladent, on est bien chez soi à déguster de délicieux thés. On admire la liqueur avant de fermer les yeux et de la faire tourner en bouche. On reste attentif à nos sensations, attentif aux arômes, à la texture sur la paroi des joues, la langue et le palais, attentif aux saveurs. Puis, après avoir dégluti, on se laisse transporter par la longueur en bouche.
Le confinement, une belle occasion de vivre des expériences gastronomiques.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Sans toit

10 juillet 2020
Sans toit

Au Népal, parmi les personnes qui ont eu du mal à rester confinées, celles dont les les maisons n’ont toujours pas de toit. Dans des villages reculés de cet ancien royaume himalayen, il m’arrive encore de me retrouver dans des hameaux un peu isolés dont les maisons en ruine n’ont jamais été reconstruites depuis le dernier tremblement de terre. Et ce, malgré toutes les aides internationales.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

La vie en rose

3 juillet 2020
La vie en rose

J’entends dire, en France, dès que j’allume la radio, que les Verts ont gagné. Alors je tends l’oreille, forcément, le vert c’est ma couleur. Les champs de thé sont verts, les feuilles de thé sont vertes, la nature qui entoure les plantations de thé est verte. Tout est vert, autour de moi, lorsque je me promène au milieu des théiers. Tout est vert mais la variété des verts est infinie, du vert-jaune au vert jade, du vert luisant au vert plus mat, du vert-sombre au vert-tendre pour n’en citer que quelques nuances.

Tout est vert, dans ces paysages qui me sont chers, tout est vert et moi, ni vert de peur, ni vert de rage, au milieu du vert, je suis heureux, au milieu du vert, je suis bien, en paix. Au milieu du vert, je vois la vie en rose.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Pour fêter notre déconfinement

14 mai 2020
Pour fêter notre déconfinement

Pour fêter notre déconfinement je vous emmène au Malawi. Vous êtes sans doute peu nombreux à être allés dans ce pays d’Afrique de l’Est et, si j’en crois mon expérience, tout aussi peu nombreux à pouvoir le situer sur une carte. Le sud de l’ancien Nyassaland est dominé par des massifs montagneux d’une grande beauté, ainsi que des haut-plateaux recouverts de théiers.
Voici une nouvelle manière de voyager post-Covid que je vous propose aujourd’hui. Pour vous, pas besoin d’avion ni de visa. Pas de décalage horaire. Et vous pouvez, tout en contemplant les photos de ce blog sur grand écran, voyager d’un pays à un autre voire déguster en même temps le thé du pays en question. Un must.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Préserver les bienfaits

17 avril 2020
Préserver les bienfaits

En toute chose il importe de rechercher le positif. Si l’on examine la situation incroyable que l’on vit tandis que sévit ce virus, on peut apercevoir, au milieu de tant d’effets négatifs, voire particulièrement douloureux lorsqu’il s’agit de la perte d’êtres chers, de rares mais inestimables effets positifs. Quels sont-ils ? Des gens qui se mettent à prendre soin les uns des autres, une solidarité exemplaire, des manifestations d’empathie multiples, spontanées, des professions dont on découvre tout à coup à quel point elles sont essentielles. Du temps libre, du temps pour faire autre chose que de consommer, du temps pour prendre conscience de ce qui nous est cher, de ce qui nous est essentiel, du temps pour apprendre sur nous-mêmes et sur ce que cela signifie que de vivre. Et, au-dessus de nos têtes, un air qui n’a jamais été aussi pur, une qualité de silence rare, des chants d’oiseaux mélodieux jusqu’au centre des villes..

Et si nous retirions quelque chose de cet épisode et essayions de préserver ces bienfaits au-delà du confinement ?

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

En espérant des jours meilleurs

10 avril 2020
En espérant des jours meilleurs

A quoi ça sert un chercheur de thé qui ne peut plus chercher de thé ? A quoi ça sert un chercheur de thé qui ne passe plus de temps avec les fermiers, qui n’a plus d’échantillons à goûter, qui regarde passer le printemps depuis la fenêtre de sa salle de dégustation dans laquelle arrive d’habitude à cette saison une centaine d’échantillons chaque jour, contre une poignée pour toute la semaine passée ? A quoi ça sert un chercheur de thé qui ne peut pas faire déguster ses rares trouvailles à ses clients parce que la situation fait que l’on est plus à même de les servir en boutique ou bien à distance ?

Si je me sens bien seul, en toute chose il faut chercher le positif. Or il se trouve que j’ai la chance immense de disposer dans ma salle de dégustation d’une infinité de grands crus, tous ceux achetés au cours de l’année passée. Je les déguste en espérant des jours meilleurs, avec une pensée pour vous.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Merci

20 mars 2020
Merci

…et le soir à 20 heures, lorsque j’entends tout un chacun, fenêtre grande ouverte, applaudir, taper sur une casserole ou sur n’importe quel autre ustensile afin de faire le maximum de boucan, chanter, crier, scander, clamer, je pleure, je trouve ça beau, je trouve ça tellement beau que dans ce monde parfois si égoïste il reste encore des réflexes pour cela, des parcelles d’humanité, que dans le cœur de chacun il reste des espaces pour crier l’amour, pour dire merci, pour encourager, pour soutenir celles et ceux qui sauvent des vies au risque de la leur. Merci.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Chercheur de thé fête ses 10 ans

24 janvier 2020
Chercheur de thé fête ses 10 ans

Durant des années, je n’ai pris aucune photo, croyant à tort que l’on ne pouvait pas contempler et photographier en même temps. Je m’y suis mis plus tard. De ces paysages, de ces portraits rapportés du bout du monde est venue l’idée de partage. Ainsi le blog a-t-il vu le jour.

A l’instar de celui de L’Ecole du Thé, à l’instar de la raison d’être des livres écrits avec Mathias Minet (Le guide de dégustation de l’amateur de thé ; Tea sommelier), le rôle de ce blog est de transmettre à la fois un savoir et une passion.

Ce mois-ci mon blog fête ses 691 articles, je veux dire ses 10 ans, et je vous invite à en souffler avec moi les bougies. Je remercie Mathias, Laurent, Philippe, Emilie, Marta, Bénédicte, Kevin et Hélène qui ont participé ou participent, à sa naissance ou à sa vie. Et je vous remercie de votre fidélité qui m’est précieuse et me touche.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.