L’art délicat de fabriquer une boîte à thé en cerisier


7 mai 2010
L’art délicat de fabriquer une boîte à thé en cerisier

 

Lors de mon récent périple au Japon qui m’a conduit du nord de Honshu à l’extrême sud de Kyushu, je me suis rendu pour la première fois dans une ville ravissante, nichée au plus profond de montagnes recouvertes de forêts. Cette ville s’appelle Kakunodate. Elle se situe du côté d’Akita (je le précise pour ceux qui, comme moi, aiment mettre leur nez sur une carte et rêver en suivant du doigt des routes imaginaires).

A Kakunodate se perpétue la tradition du travail sur bois. Mais pas de n’importe quel bois ! Ici on ne s’occupe que du cerisier. On sculpte des objets dans son écorce, ou encore on transforme cette belle écorce en une feuille aussi souple et fine qu’un précieux parchemin que l’on vient ensuite plaquer sur l’objet désiré : une boîte à thé, par exemple.

Il s’agit d’un travail lent et soigné : on ne prélève l’écorce – à dix mètres de hauteur au moins – qu’après la saison des pluies, avant de la faire sécher pas moins d’un an ! Cela laisse le temps de bien réfléchir à ce qu’on va en faire…
A l’aide d’un petit fer à repasser cette ouvrière appuie avec soin sur l’écorce dont elle a enduit le verso afin qu’elle adhère parfaitement au corps de la boîte à thé. Au préalable elle a bien sûr poli l’écorce avec un soin immense, doucement, d’un mouvement répétitif exercé avec la lame d’un couteau, afin de lui donner une souplesse étonnante.

Je l’observe avec admiration, dans le silence de son atelier. La boîte à thé achevée, elle la caresse devant moi, me la tend avec une discrète fierté et je pense au beau thé vert japonais pour lequel elle constitue un écrin idéal.

Vous avez aimé cet article ?
Commentez
4 commentaires sur “L’art délicat de fabriquer une boîte à thé en cerisier
  1. Superbe !!! à quand la commercialisation ?!?! ce bois est vraiment magnifique comme beaucoup de bois fruitiers, ils permettent de jolies réalisations. Le bois est un des matériaux le plus noble à mon avis.

  2. Bonjour, je suis content d’en savoir un peu plus au sujet de ces boîtes que l’on peut voir dans vos boutiques. Je m’attendais bien sûr à la quantité de soins apportés à toutes les étapes de la fabrication, mais il est toujours intéressant de connaître un peu mieux les procédés.
    Simple rectification toutefois, Kakunodate se trouve dans la préfecture d’Akita, et non Arita.
    Kakunodate est connue aussi pour ses maisons de samouraïs conservées en l’état.
    Merci de nous faire partager vos voyages et vivement l’arrivée des thés verts primeur en magasin!

    1. ooups! merci d’avoir corrigé ma bourde, Bobby ! Arita, où l’on fabrique de belles porcelaines, est à ne pas confondre avec Akita. Akita et Arita sont deux villes importantes lorsque l’on s’intéresse aux objets du thé, mais très éloignées l’une de l’autre. Du coup j’ai corrigé dans mon texte initial. Merci de votre vigilance !

  3. Monsieur FX Delmas, nous surprendra toujours, les boites à thé en bois de cerisier sont magnifiques et je pense que c’est un des meilleurs moyens pour préserver le thé : voir également les pot à thé pour le thé des Moines. Un réel bonheur !
    Merci Monsieur FX DELMAS pour tous ces efforts pour rendre les gens heureux.
    Amitiés JOSY

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez

Articles similaires

Autour des champs de thé, des orchidées sauvages

27 juillet 2012

Passer sa vie dans les champs de thé n’empêche pas de se promener autour des plantations et de lever le nez pour admirer la nature. Ici, au Népal, les orchidées…

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Les boîtes à thés, une tradition familiale

11 mai 2010

Au Japon, dès que l’on touche à l’artisanat, on a tout de suite à faire à la tradition. Et il est rassurant de savoir que de génération en génération se perpétue…

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.