Le métier de chercheur de thé


19 mars 2013
Le métier de chercheur de thé

Si je devais choisir une image pour illustrer mon métier je choisirais celle-ci. Celle d’un pont. D’une passerelle. D’un pont qui relie deux univers : celui des producteurs de thé, d’un côté, celui des amateurs de thé, de l’autre.
Pont entre Orient et Occident. Pont entre ceux qui cultivent la lenteur et ceux qui voudraient tant la retrouver. Grâce au thé, par exemple.

Vous avez aimé cet article ?
Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez

Articles similaires

Eloge de l’ombre

20 janvier 2017

Si vous voulez faire connaissance avec le Japon, je vous conseille, outre l’Empire des Signes, de Roland Barthes, l’Eloge de l’ombre de Junichiro Tanizaki. Je l’ai emporté avec moi pour…

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Le «Toy Train» reliant Jalpaiguri à Darjeeling

26 février 2010

J’apprécie la lenteur. Je savoure toute chose qui prend son temps. Alors vous ne serez pas surpris d’apprendre que mon train préféré est l’un des plus lents au monde, peut-être…

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.