Une tasse pour sentir, une autre pour déguster

L’usage de la tasse à sentir offre une expérience de dégustation unique. Elle permet de se concentrer sur l’olfaction. Aussitôt remplie, la tasse à sentir est vidée dans la tasse à déguster et cette même tasse à sentir, haute et étroite, va conserver les arômes du thé. On la porte à ses narines pour tenter de distinguer chaque parfum laissé par la liqueur. Quelques minutes plus tard on dégustera le thé lui-même, il sera alors à parfaite température.


Posté dans dégustation par François-Xavier Delmas | Tags : , ,

Pour une rémunération juste

Combien de temps le thé sera-t-il encore récolté à la main, en Inde, où les conflits sociaux sont récurrents ? Cueilleuses et cueilleurs réclament des augmentations justifiées, seulement les plantations sont tout juste rentables pour certaines, font des pertes pour d’autres. Par ailleurs, le thé est déjà vendu cher et sans que cela bénéficie aux populations locales. Risque-t-on de voir, un jour et faute de cueilleuses, des récoltes mécaniques remplacer la récolte manuelle ? Avec quelles conséquences sur la qualité ? Ou bien ira-t-on vers une transformation des plantations en coopératives afin que chacun s’y retrouve et puisse vivre correctement de son travail ? Des questions à ce jour sans réponse.


Posté dans Pays : Inde par François-Xavier Delmas | Tags : , ,

Du thé et de la joie

Kolkata, cité de la joie, est aussi la ville du thé. Tous les producteurs de Darjeeling et d’Assam y ont leur bureau. Les enchères, situées dans le quartier historique de B.B.D. Bagh, donnent le pouls de toute une économie. Et c’est à partir du port de Kolkata (on ne dit plus Calcutta depuis qu’ici on indianise à tout va) que sont expédiées les précieuses cargaisons.

Kolkata, ville tentaculaire de dix, quinze ou vingt millions d’habitants – qui sait ? – s’étale des deux côtés de la Hooghly, un bras du Gange. Les transports en commun de la ville comptent nombre d’embarcations, lesquelles vous offrent une paisible traversée, loin des tracas de la circulation.


Posté dans Pays : Inde par François-Xavier Delmas | Tags : , ,

Une production limitée

En Afrique du Sud, seul pays producteur, 350 fermiers cultivent le rooibos. L’Australie s’est essayée à cette culture, ainsi que les Etats-Unis (Californie), en vain.

Ici, la récolte, effectuée sous des températures élevées, par une main d’œuvre souvent venue des pays limitrophes.


Posté dans Pays : Afrique du Sud par François-Xavier Delmas | Tags : , ,

Rooibos, une culture récente

Si le rooibos se consomme depuis des siècles, il n’est en revanche cultivé que depuis peu. C’est au milieu du XIXème siècle qu’un prêtre allemand, venu de Namibie, créé le village de Wupperthal, en Afrique du Sud. Il impose des règles de vie très strictes aux membres de la communauté et organise avec eux les premières cultures de rooibos. A mi-distance du Cap et de la Namibie, Wupperthal se situe en plein désert. Le rooibos ou Aspalathus lineari est à peu près aussi sobre qu’un chameau et supporte sans broncher les chaleurs extrêmes. Il faut dire que les profondes racines de cette plante l’aident à trouver ses ressources. Wupperthal se mérite, au bout de plusieurs heures d’une méchante piste qui offre tout de même de beaux paysages à qui goûte l’aride.

Posté dans Pays : Afrique du Sud par François-Xavier Delmas | Tags : , ,

François-Xavier Delmas

Globe-trotter passionné, « FX » arpente les plantations de thés depuis 30 ans à la recherche des meilleurs crus. Pour le fondateur du Palais des Thés, voyager c’est aller à la découverte des cultures du monde. De Darjeeling à Shizuoka, de Taïwan au Triangle d’Or, il vous invite à suivre ses pérégrinations, à partager ses rencontres et ses émotions.

Articles classés par thèmes

Liens vers Palais des Thés

Voyages dans le temps