Cueillette

Une récolte d’hiver au Sri Lanka

21 décembre 2012
Une récolte d’hiver au Sri Lanka

Une lumière rasante éclaire de façon assez contrastée ces sacs de thé remplis de feuilles fraîchement cueillies. Les hommes s’affairent de façon à ce que le contenu de ces sacs soit rapidement répandu sur les lits de flétrissage et que les feuilles ne risquent pas de fermenter.
Dans certaines régions du Sri Lanka on récolte le thé en cette période de l’année.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Récolte de thé sur des arbustes devenus grands

7 septembre 2012
Récolte de thé sur des arbustes devenus grands

Il existe peu d’endroits au monde où l’on récolte le thé sur des arbustes devenus grands. En effet, dans la quasi-totalité des plantations, on maintient les camélias à hauteur de la taille. Mais dans les régions où l’on produit les Pu Er ainsi qu’ici-même, sur les Monts Feng Huang (Chine), on considère que les feuilles des grands théiers offrent une qualité aromatique supérieure.

A ce propos, si vous ne les avez jamais goûtés, je vous conseille de découvrir le Dan Cong Wu Long ainsi que le thé oxydé du Dan Cong, tous deux d’une subtilité exceptionnelle. Ils proviennent précisément de ces grands théiers et ont été cueillis de la main même de Madame Huang que vous pouvez voir ici à l’œuvre.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Les cueilleuses aussi sortent leur parapluie !

26 juin 2012
Les cueilleuses aussi sortent leur parapluie !

Avec le temps que nous avons eu en France durant ce mois de juin nous n’avons pas souvent craint l’insolation. Il n’en est pas de même partout. A Darjeeling, par exemple, en cette saison, lorsque les cueilleuses sortent leur parapluie c’est plus souvent pour se protéger du soleil que de la pluie. Elles ont le bon goût de préférer les couleurs vives et variées si bien que rien ne ressemble autant à ce paysage qu’une tasse de Darjeeling elle-même. Ses notes florales, fleuries et végétales vous réjouissent le palais.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Cueilleuses jetant un œil à la qualité de leur récolte

15 novembre 2011
Cueilleuses jetant un œil à la qualité de leur récolte

A la fin de chaque demi-journée de récolte les cueilleuses se donnent rendez-vous sur le lieu de la pesée. Ce moment constitue une détente après le travail et chacun se met à parler, sauf s’il préfère écouter les histoires des autres. Et, bien sûr, si un étranger comme moi se trouve parmi elles ce jour-là, fait rarissime bien sûr, alors les langues se délient et les rires vont bon train.

Ici, d’un geste de la main et tout en tendant l’oreille aux plaisanteries des autres, les cueilleuses jettent un œil à la qualité de leur récolte. Le joli tissu rouge et blanc que ces femmes portent sur la tête est typique de leur région : l’Assam.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Cet abri est le point de rendez-vous des cueilleurs

18 octobre 2011
Cet abri est le point de rendez-vous des cueilleurs

A l’heure de la pause, les cueilleuses de Darjeeling se retrouvent à l’abri du soleil et de la pluie pour boire un thé ou bien prendre leur repas. On rêverait tous de pouvoir déjeuner chaque jour dans un lieu aussi apaisant…
Ces abris sont aussi des points de rendez-vous destinés au ramassage des feuilles récoltées ainsi qu’à leur pesée. Une fois la mise en commun effectuée, les feuilles sont chargées à bord de la remorque d’un tracteur et rejoignent rapidement la factory.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Les cueilleurs se donnent rendez-vous pour la pesée

23 septembre 2011
Les cueilleurs se donnent rendez-vous pour la pesée

A la mi-journée et aussitôt la cueillette terminée les cueilleurs se donnent rendez-vous pour la pesée.

Ici, à Dufflating (Assam), chacun attend son tour et va l’un après l’autre suspendre au crochet d’une balance mobile le sac contenant les feuilles qu’il a récoltées. Le superviseur note le nom de l’ouvrier et le poids du sac qui déterminera le montant de sa paye du jour. Vous pouvez remarquer que les sacs sont ajourés ce qui permet d’éviter que les feuilles commencent à s’oxyder. Elles doivent être intactes lorsqu’elles atteignent la factory, faute de quoi le thé serait gâté.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Des cueilleuses aux allures de reines

13 septembre 2011
Des cueilleuses aux allures de reines

En Assam, à peine la récolte terminée, cueilleurs d’un côté, cueilleuses de l’autre, se rassemblent et partent avec leur précieux panier vers le lieu où l’on va procéder au pesage. Certaines cueilleuses tiennent leur récipient sous le bras mais la plupart vont le poser sur la tête. Un tissu roulé sur lui-même et placé précisément au sommet de leur tête sert de support au panier. Ces étoffes aux couleurs splendides leur font comme une couronne et leur donnent, je trouve, des allures de reines.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

En Turquie, on récolte le thé avec une cisaille

9 septembre 2011
En Turquie, on récolte le thé avec une cisaille

D’une manière générale le bon thé se récolte à la main. On va prélever à l’aide du pouce et de l’index, d’un geste aussi précis que rapide, le bourgeon de la feuille ainsi que les deux premières feuilles situés sur chacun des rameaux.

L’usage de cisaille est fortement déconseillé mais il est répandu dans certaines régions du monde où l’on produit des thés sans mettre tous les efforts du côté de la qualité. Aussi sympathiques que soient les fermiers de la région de Rize (Turquie) et aussi accueillants soient-ils, il faut bien reconnaître que leur méthode de récolte confère au massacre.

Ici j’ose leur prêter main forte et j’ai un peu honte, je l’avoue, d’avoir été pris en flagrant délit tandis que je manie leur ustensile.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

En Assam, la récolte du thé est hiérarchisée

2 septembre 2011
En Assam, la récolte du thé est hiérarchisée

Le groupe de personnes en charge de la récolte du thé est assez hiérarchisée en Assam. Cela est vrai au sein des grandes plantations, en tout cas, puisqu’il existe par ailleurs des parcelles indépendantes qui appartiennent à de petits producteurs.

Dans les grandes plantations, le manager supervise des assistant-managers qui eux-mêmes organisent le travail des babus dont le rôle consiste à contrôler le travail des sardars qui ont à charge de superviser le boulot d’une brigade de workers.

Sur ma photo prise dans la plantation de Dufflating vous pouvez admirer deux sardars qui n’ont pas l’air particulièrement commodes de prime abord. Mais peut-être expriment-elles tout simplement, par cet air sérieux qui est le leur, l’autorité qu’elles incarnent.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Le Camélia : un arbuste au feuillage coriace

23 août 2011
Le Camélia : un arbuste au feuillage coriace

Dans beaucoup de pays les femmes et les hommes qui partent cueillir les feuilles du théier enfilent une sorte de manchon taillé dans une toile légère et qui leur couvre une partie du bras.

Le Camélia s’avère être plutôt coriace comme arbuste et à la fin de la journée, sans cette protection qui se porte à même la peau ou bien par-dessus un vêtement, leurs bras seraient griffés de toute part.

Gageons que cette jeune femme originaire du Yunnan, assez coquette sous son chapeau de paille, ne me contredira pas.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.