De la plante à la tasse

La face sombre du thé

31 mars 2023
La face sombre du thé

En ces temps de manifestations et de débordements divers, à l’heure où les mots « blacks » et « darks » envahissent notre quotidien, je voudrais vous dire que le thé aussi comporte une face sombre. Les galettes de pu er, pour ne pas les nommer, sont constituées de thé fermenté, donc de thé sombre puisque c’est ainsi que les Chinois ont décidé de les distinguer, il y a de ça plus d’un millénaire. Sitôt étuvées, ces feuilles sont compressées en blocs lesquels épousent la forme d’une brique, d’une galette ou, plus bucolique, d’un nid d’oiseau. Ces thés compressés – que l’on pourrait désigner ici en anglais par l’appellation « dark blocs » -, se bonifient avec le temps. Au moment de les déguster, on les brise sur un côté et les feuilles s’émiettent. Ce sont elles que l’on infuse, de préférence dans un gaiwan et plusieurs fois de suite, jusqu’à ce qu’elles aient donné tout ce qu’elles avaient à nous rendre.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Yanki, une production confidentielle

24 mars 2023
Play
previous arrow
next arrow
Slider

Darjeeling ne se limite pas à ces grands domaines créés par les Anglais à une époque où le soleil ne se couchait jamais sur les territoires de Sa Majesté. De nos jours, au-delà des 83 plantations officielles et dûment enregistrées, il existe diverses initiatives locales, de petites manufactures plus confidentielles qui produisent parfois de très jolis thés. Yanki, par exemple, fait partie de celles-ci, et du côté du village de Mirik, Allan et sa famille travaillent la feuille de thé avec succès. Tandis que la plupart des planteurs de Darjeeling arrivent de diverses régions de l’Inde, eux sont originaires de ces montagnes et parlent la même langue que leurs habitants, le népali. Allan et les siens achètent les feuilles fraîches des villageois alentour et à partir de ces feuilles ils mettent au point des crus fameux.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Six mois sans pluie

16 mars 2023
previous arrow
next arrow
Slider

Au début du printemps, sur chaque rameau du théier, on voit apparaître les jeunes pousses. Ici, à Darjeeling, elles surviennent après un long hiver durant lequel chaque camélia entre en dormance. Cette hibernation dure près de quatre mois, de mi-novembre à début mars environ, selon les conditions climatiques ambiantes.

Cette année, du côté de ces contreforts himalayens sur les pentes desquelles les Anglais ont eu l’idée de faire pousser le thé, il n’y a de cela pas deux siècles, la sécheresse a sévi. Six mois sans pluie ou presque. Dérèglement climatique oblige, lié au réchauffement de la planète, selon les uns, à la déforestation, selon les autres. La conséquence de ces désordres se traduit en chiffres et à la mi-mars, on s’attendait à une production inférieure de moitié à ce qu’elle était l’an passé. En ce qui concerne la qualité, pas d’inquiétude, une pousse lente plaidant plutôt en faveur d’une qualité accrue et d’une plus grande concentration aromatique.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Pour que déguster le thé reste toujours un plaisir

3 mars 2023
Pour que déguster le thé reste toujours un plaisir

Me voici en Inde pour le commencement des récoltes de printemps. Entre le moment où nous dégustons un thé aussi fragile qu’un thé primeur, entre le moment où nous l’achetons, où ce thé est mis à bord d’un avion, et le moment où vous le trouvez dans votre boutique préférée, il s’écoule un certain nombre de jours, incompressibles. En effet, une fois rendu dans nos entrepôts et à moins que ce lot soit déjà certifié « bio » par un organisme agréé, nous envoyons et de notre propre fait un échantillon de ce thé dans un laboratoire indépendant afin qu’il soit soumis à un contrôle très strict de plus de deux cents résidus de pesticides. Et pour les thés déjà certifiés, nous pratiquons tout de même des tests et sur une base cette fois aléatoire. Seul en France à s’être hissé à un tel niveau d’exigence, Palais des Thés assure ainsi la communauté des amateurs de la parfaite conformité de ses lots et de leur bien-être à tous. 

Photo : Alexandre Denni.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Des grands crus plus nombreux, plus variés

24 février 2023
Des grands crus plus nombreux, plus variés

Parmi les questions qui me sont le plus souvent posées, celle-ci : le nombre de boutiques Palais des Thés augmentant, la qualité du thé ne va-t-elle pas baisser ?
La question porte sur les grands crus, ces thés à la fois rares, éphémères, et produits dans des quantités très limitées. Et la réponse est celle-ci. A l’heure actuelle, nous ne retenons qu’un grand cru sur plus de cent lots qui nous sont proposés. Certes, tous ne méritent pas de rejoindre cette sélection prestigieuse, mais beaucoup pourraient y prétendre. Or, nous n’allons jamais demander à producteur qui a réussi à manufacturer un lot exceptionnel de seulement cinquante kilos, d’augmenter la taille de son lot. Cela serait risqué en termes de qualité. Mais rien ne nous empêche de sélectionner davantage de lots et que certains d’entre eux soient disponibles dans certaines boutiques seulement. Ainsi, l’offre de grands crus continuera à évoluer dans le temps mais aussi dans l’espace, puisque d’un Palais des Thés à l’autre nous aurons le bonheur de trouver des différences dans une sélection toujours aussi exigeante.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Au Malawi, la plantation Satemwa fête ses cent ans

17 février 2023
Au Malawi, la plantation Satemwa fête ses cent ans

Au Malawi, la plantation de Satemwa fête ses 100 ans. L’Afrique, j’ai mis du temps à m’y intéresser. J’avais déjà pas mal à faire avec l’Asie. Et puis à force de recevoir des sollicitations, à force de curiosité et pour en avoir le cœur net, savoir si je pourrais un jour trouver de l’aussi bon thé en Afrique qu’en Asie, quand bien même les plantations seraient autrement plus récentes, je m’y suis rendu.

J’ai commencé par le Malawi. Un pays d’une rare beauté. Des champs de thé baignés d’une autre lumière. Une terre rouge. Des visages différents. Les mêmes enfants que partout qui vous courent après, déchainés, hilares. Et Alex, le planteur, depuis trois générations, qui a créé un atelier dans son imposant bâtiment afin de mettre au point des thés rares. Le début d’une belle aventure. Une merveilleuse découverte. Joyeux anniversaire à tous les hommes et les femmes de Satemwa.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Un bonheur à perte de vue

10 février 2023
previous arrow
next arrow
Slider

Au Pérou, pour atteindre certaines terres plantées de théiers, il faut se coller à la paroi d’une montagne et suivre longtemps un chemin qui sinue et menace à tout instant de s’ébouler. Mais une vue magnifique vous récompense de vos efforts. Un bonheur à perte de vue.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

C’est le bouquet !

3 février 2023
Play
previous arrow
next arrow
Slider

Au Pérou, le thé vaut si peu cher, il est si peu demandé que la moitié de la production part chez les fleuristes. Les rameaux du théier tiennent longtemps en bouquet. Mais cela est tout de même un peu triste pour les fermiers qui se privent ainsi, faute de savoir-faire, faute d’une demande plus soutenue, de précieux revenus. Ceux-ci leur permettraient de vivre correctement et de développer leur activité. Et c’est mon rôle ainsi que celui de Palais des Thés que de les aider à manufacturer des lots de thé de meilleure, voire d’excellente qualité, et de faire connaître leur travail.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

C’est le Pérou !

20 janvier 2023
previous arrow
next arrow
Slider

« C’est pas le Pérou ! », nous exclamons-nous à propos de la découverte d’un modeste trésor, par comparaison et en référence aux incroyables richesses découvertes par les Espagnols. Pour atteindre les plantations de thé péruviennes qui se situent dans la partie amazonienne du pays, il faut traverser la Cordillère des Andes. Au départ de Cuzco, on rejoint le Machu Picchu avant de découvrir, depuis le fameux site, le chemin qui reste à parcourir, les montagnes à franchir l’une après l’autre. Derrière cet horizon barré commence la plaine amazonienne. Là-bas, se trouvent les cultures de thé. Un futur trésor ?

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Carlota, sa jungle aimée

13 janvier 2023
previous arrow
next arrow
Slider

En Colombie, le thé pousse dans les Andes, plus exactement dans la région de Cali, capitale de la salsa. Dans cette partie de la Vallée de la Cauca, au sud-est de la capitale, Bogota, on ne fait pas que danser. Autrefois connue pour la culture de la canne à sucre, le café, le cacao font désormais partie des cultures réputées du district. Et un jour, sûrement, le thé, qui compose ici des paysages de toute beauté. Il faut dire que Carlota – qui règne sur la seule et unique plantation – a un principe : des parcelles de 5 hectares maximum, nichées au milieu de la jungle afin de préserver la biodiversité qui compte tant à ses yeux. Toute la vie de Carlota tourne autour de cet amour de la nature, cet amour pour cette jungle au creux de laquelle elle a choisi de vivre. Et si elle voue à ce point un culte à ses cultures de thé, c’est parce qu’elles permettent à toute une population de rester dans les montagnes et de préserver cet environnement à la fois unique, fragile, et d’une richesse incroyable. Un joyau. 

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.