En Turquie, on récolte le thé avec une cisaille


9 septembre 2011
En Turquie, on récolte le thé avec une cisaille

D’une manière générale le bon thé se récolte à la main. On va prélever à l’aide du pouce et de l’index, d’un geste aussi précis que rapide, le bourgeon de la feuille ainsi que les deux premières feuilles situés sur chacun des rameaux.

L’usage de cisaille est fortement déconseillé mais il est répandu dans certaines régions du monde où l’on produit des thés sans mettre tous les efforts du côté de la qualité. Aussi sympathiques que soient les fermiers de la région de Rize (Turquie) et aussi accueillants soient-ils, il faut bien reconnaître que leur méthode de récolte confère au massacre.

Ici j’ose leur prêter main forte et j’ai un peu honte, je l’avoue, d’avoir été pris en flagrant délit tandis que je manie leur ustensile.

Vous avez aimé cet article ?
Commentez
5 commentaires sur “En Turquie, on récolte le thé avec une cisaille
  1. Houlà cela fait mal au coeur!!! J’espère que la haie était bien taillée au final? 🙂

    Ces thés sont destinés à être ensachés en industrie ou à la consommation en vrac?

    1. Bonjour ! Ces thés sont destinés en grande partie à la consommation domestique. En Turquie on trouve beaucoup de thés brisés vendus en paquet, plutôt que des thés en sachet. La marque locale principale est Caykur. Le thé est bu dans de petit verre « tulipes » et peut être assez corsé.

  2. Bonjour,

    Merci pour l’explication. La diversité des modes de consommation, de préparation et de goût pour une seule et même plante m’étonnera toujours!

    Thomas

  3. Est ce que les producteurs de vin récoltent leurs grappes avec délicatesse? Je pense que les touristes sont déçus de voir les vendangeuses réaliser mécaniquement les récoles en abîmant les grappes…
    Je tiens à préciser que le thé qui est produit en mer noir est de bonne qualité. Je préfère largement celui, que ma grand mère produit au bord de la mer noir, que celui ensaché de marque XXXX. Son thé est exceptionnel et exceptionnellement riche en théine. Il est même plus stimulant que le café.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez

Articles similaires

Le monastère de Sumela

27 juillet 2010

Au cas où vous auriez de la Turquie l’image d’un pays chaud, je voudrais y mettre un bémol. Si le thé se plaît sur les montagnes qui bordent la Mer…

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

En Chine, la récolte des thés primeurs bat son plein

26 avril 2011

Ici, en Chine, la récolte des thés primeurs bat son plein. Certains fermiers possèdent leur propre bâtiment équipé de différentes machines pour manufacturer le thé. D’autres, tel Monsieur Li, vendent…

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Du thé sur les rives de la Mer Noire

27 juillet 2010

Je vous écris de la Mer Noire. De Rize, sur la côte turque, pas très loin de la frontière géorgienne. Ici, verdoyantes à souhait, des montagnes tombent dans la mer…

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.