ARCHIVE DE juin 2012

Le zhong : deux manières de bien l’utiliser

29 juin 2012
Le zhong : deux manières de bien l’utiliser

Il existe en Chine plusieurs manières d’utiliser le zhong. Ce récipient – que l’on nomme aussi  gaiwan – peut être utilisé comme une tasse dans laquelle le thé infuse, et que l’on va porter ensuite directement à ses lèvres. En ce cas, on maintient le couvercle sur la tasse mais légèrement entrouvert et, de cette façon, le thé s’écoule à travers l’interstice.

On peut également utiliser le zhong comme une théière de gong-fu et y préparer plusieurs infusions successives, de courte durée. Après chacune d’elle, comme on le voit ici, l’officiante verse dans le pot de réserve jusqu’à la dernière goutte et va ensuite, à l’aide de ce même pot, remplir les minuscules tasses des convives.

Chacun pourra alors déguster un thé aux arômes particulièrement concentrés, et observer la modification de la texture et des parfums de la liqueur, infusion après infusion.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Les cueilleuses aussi sortent leur parapluie !

26 juin 2012
Les cueilleuses aussi sortent leur parapluie !

Avec le temps que nous avons eu en France durant ce mois de juin nous n’avons pas souvent craint l’insolation. Il n’en est pas de même partout. A Darjeeling, par exemple, en cette saison, lorsque les cueilleuses sortent leur parapluie c’est plus souvent pour se protéger du soleil que de la pluie. Elles ont le bon goût de préférer les couleurs vives et variées si bien que rien ne ressemble autant à ce paysage qu’une tasse de Darjeeling elle-même. Ses notes florales, fleuries et végétales vous réjouissent le palais.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Le travail de la feuille de thé en Chine

22 juin 2012
Le travail de la feuille de thé en Chine

Le travail de la feuille de thé s’effectue ici, près de Hangzhou (Chine), à même les parois brûlantes du wok. On chauffe la feuille avant de lui donner la forme désirée, puis de la sécher. Le geste doit être particulièrement rapide et précis d’autant que nombreux sont les fermiers qui préfèrent travailler à main nue.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

L’histoire du poète chinois Lu Yu

19 juin 2012
L’histoire du poète chinois Lu Yu

C’est au poète chinois Lu Yu que l’on doit le tout premier ouvrage sur le thé. Le Cha Jing ou « Classique du thé ». Il date du VIIIème siècle. Dans ce livre, Lu Yu traite de la nature du thé mais surtout il codifie son mode de préparation et de dégustation. La statue de ce fou de thé se trouve à deux pas de l’excellent musée du thé de Long Jing (Chine)

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Dilli Baskota, un passionné de thé au Népal

15 juin 2012
Dilli Baskota, un passionné de thé au Népal

Je termine tout juste ma sélection annuelle de thés de printemps en provenance du Népal. Ils seront disponibles dans quelques jours, le temps de les acheminer par avion. Cette année ce sont les plantations de Guranse et de Kuwapani qui ont produits les meilleurs lots. Ils sont remarquables et si vous n’y avez jamais goûté, dépêchez-vous ! Ils valent le détour.

D’autres jardins ont fait de gros progrès et je viens de réserver deux lots correspondants : l’un en provenance de Everest Tea Estate et l’autre issu de Kanchenjunga Tea Estate- une plantation sublime située à l’extrême nord de la Vallée d’Ilam et dirigée par mon ami Dilli Baskota que vous voyez ici. Un homme passioné par le thé et très impliqué dans le développement durable de sa région.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

La magnifique source du Puits du Dragon

12 juin 2012
La magnifique source du Puits du Dragon

Avis aux amateurs de Long Jing. Voici précisément à quoi ressemble la source du Puits du Dragon qui a donné son nom à ce thé prestigieux ainsi qu’à la ville eponyme. Nous sommes ici à quelques kilomètres de Hangzhou (Chine).

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Le Long Jing : un thé à 36 000 euros le kilo

8 juin 2012
Le Long Jing : un thé à 36 000 euros le kilo

La visite des dix-huit théiers impériaux de Long Jing constitue une étape obligée pour les touristes en promenade dans cette région. Ces théiers doivent leur statut à l’empereur Qian Long qui a souhaité manifester ainsi son engouement pour ce fameux «Puits du Dragon » qui reste aujourd’hui l’un des meilleurs thés verts de Chine.

Censés dater du XVIIIème siècle, je me demande si ces arbustes n’ont en réalité pas fait l’objet d’un remplacement discret tant certains de leur tronc ne font pas leur âge.  Mais pour les acheteurs cela semble importer peu si l’on en croît le prix auquel s’est vendu cette année leur petite mais ô combien prestigieuse production : 36 000 euros le kilo !

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Gopal Somani, son expérience appelle le respect

5 juin 2012
Gopal Somani, son expérience appelle le respect

Les thés de Darjeeling récoltés à cette période de l’année offrent un bouquet aromatique très différents de ceux récoltés au printemps. Des parfums boisés et fruités plutôt que végétaux, par exemple. Mais leur prestige se valent. D’où ma présence ici, en ce moment, afin de sélectionner les meilleurs d’entre eux.

A chacun de mes passages à Darjeeling je ne manque pas de retrouver Gopal Somani. Nous avons déjeuné ensemble ce samedi dans sa plantation de Puttabong. Un sacré bonhomme dont l’expérience appelle le respect : non seulement il produit parmi les meilleurs thés de l’appellation, mais il a formé de surcroît beaucoup d’autres planteurs.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Comment rendre l’art du thé délicat

1 juin 2012
Comment rendre l’art du thé délicat

En Chine,  il existe beaucoup de manières différentes de déguster son thé, ainsi qu’une grande variété de récipients. Ceux-ci vont du bocal en verre, assez populaire, jusqu’aux tasses de la plus fine porcelaine. Les maisons de thé ont fleuri dans le pays depuis une vingtaine d’années et ça n’est pas fini. L’art du thé devient toujours plus délicat. On prend un très grand soin du choix des thés que l’on s’apprête à déguster, bien sûr, et l’on va se servir également de beaux ustensiles, à l’instar de cette pince en bambou à l’aide de laquelle on peut tout simplement saisir une tasse.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.