Des feuilles de thé disposées à perte de vue

En Assam, dès que l’on parle de manufacture de thé tout devient gigantesque et ce, en raison de l’incroyable rendement qui se rencontre ici, quatre fois supérieur à ce qu’il est à Darjeeling. Les plantations elles-mêmes recouvrent des surfaces nettement plus importantes qu’ailleurs dans le pays.

Voyez le flétrissage, par exemple. Au lieu du bac de dix ou quinze mètres que j’ai l’habitude de voir dans d’autres régions de l’Inde ici les feuilles sont disposées à perte de vue. J’ai pris cette photo de nuit et cette pénombre ajoute au mystère de cette phase cruciale qu’est le flétrissage et au cours de laquelle la feuille de thé va perdre une grande partie de l’eau qu’elle contient (jusqu’à 40% en Assam ; jusqu’à 70% à Darjeeling).


Posté dans Pays : Inde par François-Xavier Delmas | Tags : , , , , , ,

L’olfaction des feuilles humides, un geste indispensable

Lorsque l’on déguste un thé on observe tout d’abord la feuille sèche, bien sûr. Puis on porte la liqueur à ses lèvres et on en analyse les saveurs, les arômes et la texture. Mais l’examen des qualités d’un thé comprend un autre geste, majeur, qui consiste à humer les feuilles humides qui viennent d’infuser. Pour cela on peut suivre l’exemple de Peter Orchard, manager de Kuwapani Tea Estate, qui plonge ici son nez dans les feuilles de thé encore tièdes. Peter me regarde mais il est ailleurs, profondément concentré sur l’odeur de l’infusion, odeur qui en dit long sur la qualité du lot dégusté.


Posté dans La dégustation professionnelle, Pays : Népal par François-Xavier Delmas | Tags : , ,

Le Camélia : un arbuste au feuillage coriace

Dans beaucoup de pays les femmes et les hommes qui partent cueillir les feuilles du théier enfilent une sorte de manchon taillé dans une toile légère et qui leur couvre une partie du bras.

Le Camélia s’avère être plutôt coriace comme arbuste et à la fin de la journée, sans cette protection qui se porte à même la peau ou bien par-dessus un vêtement, leurs bras seraient griffés de toute part.

Gageons que cette jeune femme originaire du Yunnan, assez coquette sous son chapeau de paille, ne me contredira pas.


Posté dans Pays : Chine par François-Xavier Delmas | Tags : , , ,

Le thé chaud rafraîchit davantage que le thé froid

La chaleur s’installe en France, dirait-on. Lors de la période estivale, nombre d’entre vous manifestent des envies de thé glacé tout simplement parce qu’ils sont à la recherche d’une boisson rafraichissante. Mais ce qui est amusant c’est que dans les pays où il fait très chaud -en plein Sahara par exemple mais je pourrais vous citer un grand nombre d’autres régions du monde où l’on agit de même-, on apprécie de boire le thé chaud. En effet, on considère que le thé chaud va rafraîchir davantage que le thé froid. La raison en serait que plus la température du liquide que l’on boit approche de celle de la température du corps et moins cela va provoquer chez nous de choc thermique. Or c’est entre autres le choc thermique qui nous amènerait à transpirer.

L’engouement pour les boissons glacées nous est venu d’Outre-Atlantique et quand une mode en rapport avec la gastronomie nous vient de cette région-là du monde il n’est pas forcément interdit de s’interroger sur sa justesse. Ma suggestion pour les inconditionnels de l’ice tea : plutôt que les sodas trop sucrés à mon goût que l’on trouve dans le commerce on peut concocter soi-même de délicieux thés à consommer froid en les faisant infuser dans de l’eau à température ambiante.

Ou bien, comme mon but est de vous éclairer sur les différentes coutumes existantes et qui sont liées au thé, on peut également célébrer l’arrivée de la chaleur en dégustant un thé chaud agrémenté de feuilles de menthe comme ici sur les rives du Nil.


Posté dans Le thé glacé par François-Xavier Delmas | Tags : , ,

Rangées de théiers fantaisistes à Kuwapani

Je suis bien conscient d’avoir une chance inouïe de passer des mois de l’année à marcher dans les champs de thé. Je ne m’en lasse pas. Les plantations de thé ne se ressemblent pas. Certaines sont en pente, d’autres pas, certaines sont denses, d’autres clairsemées. Elles sont parfois boisées mais en même temps les arbres varient d’une région à l’autre.

Ce qui me plaît beaucoup sur cette photo prise à Kuwapani Tea Estate (Népal) réside dans le contraste entre ces rangées de théiers assez strictes dans leur principe mais qui laissent tout de même la place à une certaine fantaisie. Les lignes ondulent pour suivre les irrégularités du terrain. Elles jouissent d’une certaine liberté. Elles se sont adaptées à leur environnement. On sent que la main de l’homme a dessiné un tracé net et que la nature, insoumise, s’en est jouée.


Posté dans Le théier, Pays : Népal par François-Xavier Delmas | Tags : , , , ,

François-Xavier Delmas

Globe-trotter passionné, « FX » arpente les plantations de thés depuis 30 ans à la recherche des meilleurs crus. Pour le fondateur du Palais des Thés, voyager c’est aller à la découverte des cultures du monde. De Darjeeling à Shizuoka, de Taïwan au Triangle d’Or, il vous invite à suivre ses pérégrinations, à partager ses rencontres et ses émotions.

Articles classés par thèmes

Liens vers Palais des Thés

Voyages dans le temps