Théiers sous toile à l’abri du soleil


25 mai 2010
Théiers sous toile à l’abri du soleil

Avec le beau temps qu’il fait ces jours-ci en France, on aurait tort de ne pas se protéger du soleil.
Savez-vous que les théiers également nécessitent parfois d’être couverts ? Cela se produit en réalité uniquement au Japon où il existe deux catégories de thés : les « thés de lumière » et les « thés d’ombre ». Les « thés de lumière » (Sencha, Bancha, Tamaryokucha) sont récoltés et manufacturés à partir de théiers qui n’ont jamais été ombragés. En revanche, les « thés d’ombre » (Gyokuro, Kabuse, Tencha) sont produits à partir de théiers qui ont été privés de soleil, voire de lumière. Ils ont ainsi subi un choc, développé une réaction de défense et puisé davantage de nutriments dans les sols. Entre autre conséquence de ce traitement peu banal, une saveur douce et ample (que les Japonais nomment umami) particulièrement développée et une absence d’amertume. En d’autres mots, un délice.

J’ai pris cette photo du côté de Nara. Ces impeccables rangées de théiers recouverts ici d’une toile noir-argent qui luit au soleil m’ont tapé dans l’oeil et je suis resté à les contempler, fasciné par leur lumineuse noirceur, comme on reste sous la lune à observer les étoiles.

Vous avez aimé cet article ?
Commentez
3 commentaires sur “Théiers sous toile à l’abri du soleil
    1. Bonjour Bobby, En fait nous ne décidons pas forcément à l’avance quel thé nous allons acheter, nous goûtons les échantillons et choisissons à ce moment-là. A ce jour nous avons déjà acheté plusieurs ichibancha : sencha (Tenryu, Tawaramine) et tamaryokucha… Mais nous en goûtons encore de nouveaux tous les jours, bien sûr. Bonne dégustation !

  1. Très insolite comme paysage, et je ne connaissait pas du tout cette méthode. J’espère qu’un jour prochain nous pourront découvrir ses thés d’ombres et de lumière, en vente dans les boutiques.

    J’avoue que je n’appréçait pas l’amertume du Sencha, alors pourquoi pas découvrir de nouvelles saveurs.

    Belle découvre et surprenante, merci à vous.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez

Articles similaires

Savoir apprécier l’amertume

22 août 2014

L’amertume est la seule saveur intelligente, me dit Olivier Roellinger, alors que nous dégustons ensemble différents thés et que je le préviens que certains darjeelings possèdent une pointe d’amertume. Cette…

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Déboisement : dans le Yunnan on a compris le danger

21 septembre 2010

La culture du thé dans le Yunnan a connu un fort développement il y a une quarantaine d’années. On s’est alors décidé à intensifier la production et à augmenter la…

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Japon : savourer les meilleurs thés en restant zen

24 juin 2011

Je choisis ce joli paysage photographié à Wasuka, près de Nara, pour vous dire qu’il serait dommage cette année de faire l’impasse sur les thés de printemps japonais, les fameux…

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.

Au Japon, on prive certains thés de lumière

29 octobre 2010

Au Japon il existe des thés de lumière et aussi des thés d’ombre. Ces thés d’ombre et que l’on appelle ici «Kabusecha», sont privés de lumière trois semaines avant leur…

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.