Actualités

Darjeeling, ses tensions, ses espoirs

4 juin 2010
Darjeeling, ses tensions, ses espoirs

Aujourd’hui, je suis triste. Un type, un leader politique pour être un peu plus précis, s’est fait assassiner à Darjeeling. En réalité, cela fait 30 ans que la violence sévit à Darjeeling. La tension y est souvent palpable. Et parfois le sang coule.

Pour vous expliquer le problème en deux mots et de façon évidemment bien trop succincte, Darjeeling, peuplé essentiellement d’Indiens d’origine népalaise, se situe à l’extrémité nord de l’état indien du Bengale-Occidental. Dans ce coin particulièrement reculé, les routes sont dans un état épouvantable, l’eau manque, les infrastructures en général sont dans un état calamiteux. Du coup, nombreux sont les habitants de ces montagnes qui souhaitent la création, au sein de l’Union Indienne, d’un nouvel état baptisé «  Gorkhaland » . Ceci afin de ne plus attendre de Kolkata de l’argent qui ne vient pas et afin de pouvoir jouir d’une vie plus facile, à l’image du Sikkim voisin qui dépend directement de l’Etat Central, c’est-à-dire de Delhi.

Plutôt que par la violence, j’espère que l’on pourra résoudre ces problèmes par la raison. Pourrait-on offrir aux habitants de Darjeeling des conditions de vie normales, des routes correctes, de l’eau courante, une certaine autonomie pour qu’ils décident eux-mêmes de ce qui est bon pour eux ?

Entre les responsables politiques qui ne font rien, ceux qui sont corrompus, ceux qui font des promesses la veille d’élections et les oublient le lendemain, ceux qui divisent au lieu de réunir et ceux qui excitent les foules, on serait bien en peine de savoir à qui confier son destin.

Je choisis cet adorable bambin, lové dans les bras de sa mère et qui a la vie devant lui, pour souhaiter un meilleur avenir à Darjeeling, à ces montagnes que j’aime tant, à ces Népalais qui me sont chers.

Tweeter cet article sur Facebook. Tweetez cet article.